Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #mes romans

C’était un sale type

roman

 

 

 

 

 

 

Bonjour,

 

Je vous présente mon onzième roman.

Je raconte une famille où les hommes n’ont pas la part belle. Mais ce n’est qu’un roman. Il ne faut y voir aucune connotation personnelle et ne pas essayer de reconnaitre ces femmes. A travers leur histoire, cela pourrait être ta mère, ta sœur, ta tante, ta fille….

 

4ème de couverture

Marie Chevalier nous livre ici son onzième roman.

Toujours dans la réalité, elle dresse un tableau de femmes.

Chantal, la plus âgée, sa fille Valérie, Caroline la petite-fille et puis Elsa, l’amie et puis … Julien… le fils de Caroline.  Il y a de la place pour les hommes dans leur vie bien sûr, mais elles jouent de malchance quand elles rencontrent des lâches, et des pervers.

Leurs batailles, leurs souffrances, leur détermination… tout est raconté dans ce petit roman sans prétention comme sait le faire l’auteure.

 

Extraits :

… Toutes les maisons de la rue étaient semblables, en briques, près de l’usine artisanale de cordages pour les bateaux.  Pas un arbre ne venait égayer cette rue mais elle n’était jamais calme, que de rires d’enfants, de cris, de jeux, de foot depuis toujours ! Les femmes sortant de l’usine à seize heures, faisaient un bout de chemin ensemble et parlaient surtout de la vie chère et de ce qu’elles allaient faire à diner à leur famille. ..

 

…Il ne vint jamais. Elle saura plus tard qu’il s’était « dégonflé » c’est le terme qu’il avait employé, se sentant trop jeune et ayant peur de s’embarquer dans une aventure sans lendemain. Elle ne lui dit pas qu’elle était enceinte….

 

…La première fois que Philippe leva la main sur elle ce fut à un de ses retours de chasse, un dimanche vers dix-huit heures. Elle lui avait acheté un petit cadeau, une bricole, un agenda électronique pour son anniversaire. Il l’avait pris, regardé, essayant de comprendre comment cela fonctionnait quand Valérie eut la malencontreuse idée de lui faire remarquer qu’il ne fallait pas être doué pour savoir se servir d’un agenda….

 

…Elle s’était attablée dans la cuisine. Depuis qu’elle était seule, elle n’arrivait pas à prendre un repas correctement. Elle faisait réchauffer des aliments tout préparés qu’elle trouvait dans les grandes surfaces et les mangeait dans leur emballage.  ..

 

…Toutes les deux avaient la haine.

Ces deux femmes qui avaient aimé Caroline, s’alliaient pour la détruire et bien sûr, détruire également celui qui était à la base de tout. C’est lui qui l’avait prostituée, c’est lui qui avait fugué avec elle, c’est lui encore qui n’avait donné aucune nouvelle alors qu’il en avait, alors oui c’est lui qui allait payer en premier….

…Le gamin ne prononça pas un mot. Il avait pris la main de sa mère dans la sienne et lui avait murmuré : Maman je ne te laisserai pas partir seule.

Elsa et Valérie n’avaient pas compris. Elles avaient toutes les deux pensé que le petit Julien viendrait souvent voir sa mère, ce qui leur faisait plaisir de voir qu’il assumait….

 

On peut se le procurer auprès de moi naturellement : marie-ded@outlook.com

Ou sur le site de Lulu.com

Et sur Amazon dans quelques semaines

Pris 14 euros

 

 

 

 

il est maintenant également édité par Edilivre:

 C'était un sale type - Marie Chevalier - Edilivre

 

Commenter cet article
M
Marie Chevalier a une façon très personnelle de nous faire entrer dans la vie de ses personnages et dans le monde des hommes et des femmes d’aujourd’hui. On va de surprises en surprises, de déceptions en déceptions pour les héroïnes de ce roman qui finit par une constatation amère« personne ne peut empêcher son destin ».
Répondre
M
merci pour ce commentaire qui me touche vraiment
M
Après Ma mère n'aimait pas Noël, j'ai lu le dernier roman que nous propose Marie. J'ai conscience de me monter un peu critique parce que je suis encore sous le coup de l'histoire précédente, qui était particulièrement forte. Il faut donc relativiser un peu la teneur de ce commentaire, à la lumière de cette précision.<br /> C'était un sale type aborde le thème très actuel des violences faites aux femmes et plus particulièrement à travers deux personnages, Valérie, la mère, et Caroline, sa fille. Leur histoire, très lourde d’évènements dramatiques, raconte, comme souvent sous la plume de l’auteur, un engrenage qui paraît inexorable. A ceci près, toutefois, que dans ce roman, cet engrenage me semble davantage lié à une série de mauvais choix qu’à la fatalité. Et c’est un peu ce qui m’a laissé sur ma faim : ce roman est extrêmement riche en péripéties de toutes sortes mais l’auteur en déroule le fil de façon synthétique sans s’attarder sur les raisons de ces choix, ce qui fait du lecteur un simple spectateur du récit. Ce parti pris d’écriture se justifie quand les personnages perdent leur libre arbitre et deviennent le jouet impuissant du destin. Il est un peu frustrant quand on aimerait davantage d’explications.<br /> Le titre m’a également interpelée, car le personnage central n’est pas le père (le sale type), mais Caroline et sa mère… des femmes, une fois encore ! Malgré ces petites remarques, j’ai lu ce roman de bout en bout, avec l’envie d’en connaître le dénouement. C’est peut-être le plus important, finalement ?
Répondre
M
Merci Marlène.En effet ce roman n'est pas basé sur des témoignages personnels contrairement aux autres où l'on retrouve souvent mon environnement. Là, j'ai laissé se dénouer une histoire de femmes mais aussi quand même de femmes particulièrement abîmées par la vie et par UN homme...<br /> Le titre est une "appréciation" plusieurs fois répétée dans le roman et c'est pour cela que je l'ai pris; et puis je dois avouer aussi que c'est vraiment "un sale type"<br /> en tout cas merci pour ce ressenti complet<br /> bisous
N
Un roman noir, mené tambour battant, avec des personnages croqués sur le vif en une sarabande qui coupe le souffle au lecteur jusqu'à la dernière page qu'il ne faut surtout pas dévoiler à tes futurs lecteurs. Une fois de plus, une écriture bien à toi, sans détours, sans concession d'aucune sorte. Un sale type, oui, c'est sûr ! Mais les autres ne sont pas en reste ! !
Répondre
M
merci Nic je viens de voir ton commentaire oui c'est un sale type. bisous à toi
M
Marie waouh quel livre! ton meilleur pour moi et je dirais quelle famille !!! j'adore tout y est moi j'ai lu comme si je voyais un film, je voyais les images, je voyais les personnages, et je vais te dire il y a même du suspense car moi je croyais que ça allait bien finir qu'il y allait y avoir quelque chose qui allait tout changer et bien non bravo en tout !ouais un sale type!
Répondre
M
merci Michel mon fidèle ami de plume bisous
S
Bravo Marie ! Je te commande ton dernier livre que je lirai avec joie comme tous les autres. J'ai tes coordonnées. Je te remercie d'avance et attends avec impatience de te lire. Gros bisous ma belle !
Répondre
M
merci Sapho bisous ne sois pas impatiente je pense à toi promis
Z
sympa Marie, excellent partage... Je vais me laisser tenter.<br /> Bises et bon samedi - Zaza
Répondre
M
merci Zaza pour ton commentaire bises

Articles récents

Hébergé par Overblog