Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

défi 42 croqueurs de mots

Publié le 23 Mars 2015 par marie chevalier dans croqueurs de mots, défis cdm

Défi n° 42 :

Le portrait de mon maître ou de ma maîtresse

"On dit souvent des animaux de compagnie

qu'il ne leur manque que la parole...

Pour ce défi, laissons-les s'exprimer et dépeindre leur quotidien,

en dressant le portrait de leur maître ou maîtresse adoré(e)

(Ne mettez surtout pas de côté vos petits travers )"

Ils sont gentils

Il est adorable, si je vous assure

Mais alors quelle mère poule !

Je ne peux faire deux pas dans le jardin

Sans qu’il ouvre la porte et me regarde

Aussitôt je me sens épiée et forcément

En colère je rentre.

Il s’excuse presque le bougre !

Pourquoi rentres-tu ?

Je voulais seulement savoir où tu étais ?

Je peste et monte à toute allure

Me réfugier au premier étage

Je boude, je me love sur son lit

Et j’attends l’heure du repas.

Il m’appelle, une fois, deux fois,

annxieux, sa voix est pleine d’inquiétude.

Isis ne répond pas ?dit-il à Elle,

Troublé et perturbé !

Alors Elle monte voir où je suis

Et là je m’étire langoureusement

Me frotte contre ses jambes

Et sa main me caresse

Je les aime tous les deux.

Mais qu’est-ce qu’ils peuvent être agaçants

A me surveiller tout le temps !

Je n’ai plus aucune liberté

Alors je dors et m’empâte….

commentaires

COMME ILS S’AIMAIENT !

Publié le 22 Mars 2015 par Marie Chevalier

COMME ILS S’AIMAIENT !

Elle le regardait amoureusement
Comme si elle le découvrait
Chaque matin à son réveil
Elle venait lui parler.
Oui bien sûr, personne ne la comprenait
Mais qu’importe lui si.
Ils se caressaient mutuellement
Lui de ses deux mains sur sa croupe
Et elle de sa langue si douce,
Lui léchait les mains.
Quand enfin il décidait de se lever,
Elle gémissait de plaisir,
Et quand, habillé et rasé de frais
Il claquait des doigts,
Elle ne se sentait plus de joie.
Ils s’aimaient tant !
Qui aimait le plus fort ?
Nul ne pouvait le dire.
Mais de les voir si heureux
Nous émouvait et nous faisait sourire.
Nous pensions, ils n’ont pas besoin
De mots de langage,
Ils ont celui du cœur.
Viens ma belle, amène ta laisse
Nous allons nous promener !
Et la chienne bondissante
Lui sautait dans les jambes
En jappant toute à son bonheur.
Fin

commentaires

Elle est femme

Publié le 10 Mars 2015 par Marie Chevalier

Elle est femme

Elle est femme
Simplement femme
Ni la bonne, ni la nurse
Elle ne fait ni la cuisine
Ni le ménage,
Elle est femme
Simplement femme

Depuis toujours
On lui a répété
Qu’une femme devait
Tenir son foyer
Elever des enfants
Et surtout se taire
Ou ne parler
Que pour répondre.
Elle est femme
Simplement femme

Bien sûr elle pourrait
Si elle le voulait…
Pour s’offrir ce qu’elle aime
Mais…
Pas question de demander à l’autre
Elle est femme
Simplement femme

Et son indépendance
Est sa seule richesse
Alors qu’importe les autres
Elle est femme
Simplement UNE femme.

MC

commentaires

Les commères

Publié le 10 Mars 2015 par Marie Chevalier

Les commères

Les commères parlent et bavardent
Sans se soucier d’être entendues
Au contraire si elles peuvent faire mal
Elles en jouissent intérieurement
Mal dans leur tête, mal dans leur peau
Elles n’ont qu’un plaisir dire du mal
Pendant qu’elles pensent
A ceux qu’elles matraquent
Elles ne pensent plus au vide de leur vie

Les commères sont aigries
Pas méchantes non, ce serait trop facile
Jalouses souvent, mal-aimées toujours
Ces commères vivent chez les autres
Elles sont dans leur vie, dans leur lit
Et sont ravies
Quand l’une de leurs cibles
Pleure et peut-être même en meure…

Corbeaux du village ? Sorcières ?
Tout cela à la fois
Elles répandent leur venin
Ainsi pendant un temps
Elles sont les plus fortes
Mais pour combien de temps ?

On a tous notre commère
Demain ce seront elles aux prises
Avec une langue de vipère
Qui les fera peut-être pleurer
Voire se souvenir
Qu’elles aussi ont fait souffrir
Et ce sera bien fait !

commentaires

défi 140 (croqueurs de mots)

Publié le 9 Mars 2015 par marie chevalier dans défis cdm

défi 140 (croqueurs de mots)

La chanson du vieil homme

Le vieux assis sur un banc

La tête contre le mur

Recouvert de glycines

Fredonnait doucement :

« Parlez-moi d’amour

Redites-moi des choses tendres »

La petite, émerveillée

Posa son panier

Plein de légumes frais,

Sortit de sa poche

Une pièce de monnaie

« Tenez monsieur »

Voilà cent sous

Continuez à chanter

C’est si beau

Ce que vous fredonnez !

commentaires

c'est la journée DES DROITS de la femme pas la...

Publié le 8 Mars 2015 par Marie Chevalier

c'est la journée DES DROITS de la femme pas la fête des femmes comme l'on a tendance à dire depuis quelque temps. c'est plus gentil et plus mignon sans aucun doute lol

commentaires

La journée de la femme

Publié le 8 Mars 2015 par Marie Chevalier

La journée de la femme

Il y a cent cinq ans en mars1910 à Copenhague, les militantes de l’Internationale Ouvrière et leur dirigeante Clara Zetkin, au nom des femmes du PS du monde entier, décidèrent d’organiser une journée internationale des femmes. : Elles manifesteraient tous les ans en mars, pour défendre leurs propres revendications et avant tout le droit de vote et l’égalité.

En France, ce ne fut pas le Front Populaire élu en 1936, qui accorda le droit de vote aux femmes, mais de Gaulle en 1945 : comme quoi !
De même le droit à la contraception puis à l’avortement furent conquis en 1967 et 1975 sous des gouvernements de droite, sous la pression des féministes.

Aujourd’hui en 2015, cent ans après, l’émancipation est loin d’être totalement acquise !
Les préjugés machistes, la discrimination au travail, les différences de salaire et l’esclavage ménager restent la règle, y compris dans les pays développés.

Chaque minute environ, on recense une victime de violence conjugale en France, soit 540 000 par an, le plus souvent des femmes. Une femme décède sous les coups de son conjoint tous les 3 jours en France (174 décès de violence conjugale en 2012 et 146 en 2013).

Quant aux femmes des pays pauvres, elles restent opprimées, humiliées, exploitées, souvent usées par des grossesses à répétition et réduites à l’esclavage domestique. Privilège des femmes ? Elles peuvent être, suivant les barbaries locales, coutumières ou politiques, battues, voilées, excisées, infibulées, brûlées vives, répudiées, enfermées, violées, mariées de force.

Mais elles ne se soumettent pas, comme le montrent toutes celles, qui aux quatre coins du monde, avec leur plume, avec leur témoignage et surtout avec courage, se battent tous les jours contre ces exactions.

Même officialisée par les pouvoirs publics, cette journée ne doit pas seulement être l’occasion d’en sourire et de recevoir un cadeau dans le meilleur des cas, la journée du 8 mars est, et doit rester, une occasion de montrer sa solidarité avec toutes les combattantes connues ou obscures.

Mes sources ? : lire la presse, une certaine presse qui pense que ce combat des femmes est loin d’être fini.

commentaires