Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

il y a un âge

Publié le 23 Décembre 2015 par marie chevalier dans mes poèmes

Il y a un âge….

Il y a un âge où certains plaisirs

Nous sont refusés

Oh ! je vois à quoi vous pensez !

Eh ! bien non !

Simplement vous ne pouvez plus

Adopter un petit chaton ou un petit chiot :

Vous n’y pensez pas ! A votre âge ?

Mais que deviendra-t-il si vous disparaissez ?

S’insurgent les amis, la famille

Aucun ne nous dit :

Ne vous inquiétez pas,

Nous nous en occuperons,

Mais vous avez le temps d’y penser,

Allons vivez maintenant,

Ce que vous avez envie de vivre !

Alors effectivement on n’adopte pas

On reste seuls en attendant

Sur la valise du temps

Que la mort vienne nous chercher

Demain ? Dans 4 ans ? Dans 20 ans ?

Peut-être aurions-nous eu le temps

De rendre un animal heureux ?

Nous ne le saurons jamais.

commentaires

pourquoi hurler?

Publié le 21 Décembre 2015 par marie chevalier

pourquoi hurler?

Pourquoi hurler ?

La fin de l’année approche joyeuse et illuminée

De toutes ces paillettes de couleur.

Le ton est à la joie et au bonheur…

La faim dans les estomacs vides

Des femmes et des enfants d’ailleurs

Se traduit par des hurlements muets

La femme battue, sous les coups hurle !

Le chien qui avait une maison

Une gamelle pleine et des caresses

Soudain seul, attaché à l’arbre hurle !

En voyant s’éloigner les phares arrière

De la voiture dans laquelle il aimait

Tant se promener quand il pouvait encore

Y grimper avant ces fichues douleurs !

L’enfant massacré sous les bombes hurle !

Le chômeur qui ne fera pas de sapin

Cette année faute d’argent, hurle !

La vieille dame seule devant un seul couvert

Alors que l’an dernier ils étaient encore deux, hurle !

L’homme qui vient d’apprendre

Qu’il nourrit un cancer, hurle !

Celui qui vient d’apprendre qu’après les fêtes

Il n’aura plus de boulot, hurle !

Personne ne les entend

Leurs hurlements sont perdus dans la joie

Et l’allégresse de l’an nouveau….

commentaires

defi 156 (croqueurs de mots)

Publié le 14 Décembre 2015 par marie chevalier dans défis cdm

defi 156 (croqueurs de mots)

Défi 156 je vous propose de nous conter une histoire.

Oui un conte, un vrai,

  1. avec un héros (héroïne) qui part en quête de…
  2. Un élément qui va déclencher l’action du héros.
  3. Un méchant qui va lui mettre des bâtons dans les roues du héros.
  4. Un gentil qui aider quand notre héros sera en difficulté
  5. Un élément inattendu qui va débloquer la situation.

Au milieu de tout cela, il peut y avoir, des lutins, des sorciers et sorcières,

des elfes, des géants, des fées, sans oublier les animaux…

Enfin tout ce qu’il faut pour faire un petit conte

C’est trop compliqué ?

Pas grave, racontez-nous une belle histoire de Noël et uniquement de Noël.

Le petit chat

Il était une fois un joli chaton noir et blanc qui s’était aventuré dans un immense jardin potager. Quand les feuilles de carottes le frôlèrent il fit un bond et au lieu de retomber sur ses pattes, il fut projeté en haut du plus grand sapin du village.
Personne ne l’avait vu s’envoler et pourtant il était bel et bien perché tout là-haut et qui plus dans le nid abandonné d’un corbeau !
Il poussa des miaulements épouvantés, étant persuadé que sa mère le retrouverait très vite. Il ne savait pas que les chats ne volent pas ou alors très rarement. Il se mit en boule quand il fut fatigué de hurler et comme tous les petits chatons, il s’endormit.
Il se réveilla brusquement quand il sentit des piqures sur tout le corps. Le corbeau, très mécontent de trouver un intrus en rentrant de son ravitaillement (une petite musaraigne écrasée sur la route) il voulut faire sortir celui qui avait osé s’installer chez lui.
Las ! Il n’avait pas pensé au primordial, les chats adorent les musaraignes et le chaton affamé se rua sur la proie.
Le corbeau ne fit ni une ni deux, de colère, attrapa notre petit ami par le cou il le vira sans discours de son nid.
L’arbre faisait environ cinq mètres de haut. Le petit chat eut beau essayer de remonter en battant des pattes, Il s’écrasa au sol.
Une petite fille qui jouait près de là, entendant les miaulements désespérés leva les yeux et eut une idée lumineuse. Elle tendit son énorme nounours devant elle et le chat tomba dessus. Un miracle !
Mais n’étions-nous pas la veille de Noel ? Tous les rêves étaient permis même de voler pour un chaton. Il se réveilla doucement regarda la petite fille et lui sautant sur l’épaule la lécha dans le cou avec frénésie pour la remercier.
— Mais dis-moi gentil chat comment as-tu fait pour te retrouver perché si haut ?
— Une colombe m’a pris sur son dos mais elle s’est transformée en corbeau arrivée à son nid.
— Bien sûr, bien sûr ….
Perplexe, la petite fille se dit que finalement il ne fallait jamais essayer de comprendre les événements. La veille de Noel tout était permis. Elle était d’autant plus ravie qu’elle avait demandé un petit chaton comme cadeau.
Toute heureuse, le serrant très fort contre elle, elle revint vers sa maison et déposa le petit être entre les pattes de sa maman. Celle-ci le lécha tout de suite en lui murmurant : mais où donc as-tu été te fourrer, tu sens la fane de carotte.
Le petit monstre réalisa qu’il s’était endormi dans le potager et toute son aventure n’était qu’un rêve ! Il était déçu car il aurait bien aimé rester là-haut dans le ciel. Tant pis, il se rendormit en tétant amoureusement sa maman, qui se plaça pour qu’il puisse bien être au chaud.
commentaires