Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Défi 227 croqueurs de mots

Evoquer un livre que l’on a bien aimé, nous donner envie de le lire mais, attention, ne pas tout raconter !

 

 

 

 

La touche étoile

 De Benoîte Groult


Benoîte Groult, née le 31 janvier 1920 à Paris et morte le 20 juin 2016 à Hyères, était une journaliste, romancière et militante féministe française.

J’ai toujours aimée ces écrits et particulièrement « la touche étoile »
 

 L’auteure nous embarque pendant tout le roman, drôle mais parfois émouvant et acide, dans le sillage d’Alice, vieille dame encore très alerte.

La vie y est observée, disséquée, et examinée à la loupe :


« …Le problème, c’est que pour écrire valablement sur la vieillesse, il faut être entré en vieillesse. Mais dans ce cas, elle est aussi entrée en vous et vous rend peu à peu incapable de l’appréhender…."

La vieillesse, les rapports jeunes/vieux, la lutte d’Alice toute sa vie durant pour le droit des femmes.


« …Les jeunes péronnelles d’aujourd’hui sont persuadées que les droits dont elles jouisssent sont tombés du ciel.
- Vous n’avez eu le droit de vote qu’à 30 ans ? Pas Possible !
- Y avait pas la pilule « autrefois » ? comment vous faisiez ? demandent ces déculturées pour qui « autrefois » commence hier et touche au moyen âge…. »


A travers sa fille, elle nous laisse aussi entrevoir non pas l’adultère, mais un véritable amour qui aidera celle-ci à vivre son quotidien.
Alice devenue veuve et vieille dame, nous convaincra qu’il faut donner à l’être humain le droit de disposer de son corps, l’âge venant.

« … je n’ai aucune envie d’assister au vieillissement de mes enfants …. Il n’était pas prévu jusqu’ici qu’une mère voie le beau petit humain qu’elle a mis au monde, devenir un spécimen flageolant au regard terne et déformé…. La longévité détraque la chaîne des générations… »

Elle fait d’ailleurs le parallèle avec le droit de disposer de son corps pour avoir ou pas un enfant quand on le souhaite.

« … La France n’est plus le pays des libertés. Nos députés viennent d’inventer l’hypocrite « laisser-mourir » formule affreuse bien dans la lignée du « laissez-les vivre » les deux slogans ayant en commun le même mépris des intéressés…. »

Elle qui a toujours milité pour ces droits, lutte maintenant pour le droit de mourir dignement quand on le souhaite et non quand le corps nous lâche et qu’il est trop tard.

Très beau plaidoyer pour le droit des femmes et pour la dignité de tous.

Mais Benoîte Groult l’a toute sa vie revendiqué et s’est toujours investie dans ce combat.

A lire sans modération.


 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #accueil

par suite d'une  mauvaise manip j'ai mis deux fois ce défi sur mon blog conclusion j'ai des commentaires dans les deux  j'en suis navrée  mais  le geste est là et j'aime vos commentaires à tous !

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

 

Bestiaire :

C’est un recueil de textes consacrés aux animaux.

.Quelques  lignes en vers ou en prose ayant pour sujet un être, un animal

(Sirène, ondin,Licorne, dragon…) sorti de votre imagination.

 

Le don du chat

 

Depuis quelques jours  j’avais remarqué un drôle de bruit vers  minuit.  C’était l’heure où habituellement je fermais mon livre, éteignais la lumière et essayais de me reposer un peu jusqu’à ce que l’aube me réveille. Je faisais des rêves étranges et  souvent  je ne m’en souvenais  plus  le matin. Or justement ce matin, je m’en souviens  parfaitement selon comment j’essaie de le comprendre.  Je vais  vous le raconter et je compte sur vous pour me dire si je suis  normale.

Ma chatte Lola, au pelage tout blanc, les  yeux verts, une queue en panache  a eu quatre ans hier.  Je lui ai  fêté en lui laissant exceptionnellement un petit  bout de foie gras dans sa soucoupe.  Elle était heureuse et l’a  dévoré en deux minutes.  Elle est venue vers moi comme pour me remercier et est repartie dans son panier  faire un somme.  

Le soir quand j’ai fermé le volet de ma chambre, elle était allongée de tout son long sur  ma couette comme elle le fait régulièrement quand  elle entend que je monte  l’escalier. Je la caressai en lui souhaitant bonne nuit. Oui certains diront que  c’est débile, mais je fais ainsi depuis que le l’ai. Cela ne me viendrait pas à l’idée de  me coucher, éteindre sans l’avoir câlinée.

Et c’est vers minuit que je fis ce rêve étrange. 

J’étais au lit, profondément endormie quand  soudain je me réveillais en sursaut et instinctivement  je  tâtais  ma couette pour retrouver la douceur des  poils de Lola.  Rien. J’allumais immédiatement la lumière et  surprise de ne pas  la voir, je l’appelais doucement. Pas de réponse.  Tout de suite  j’ai craint le pire, qu’elle n’ait pas digéré le foie gras, qu’elle soit malade. Mais  je n’arrivais pas  à sortir de mon lit  pour aller voir. Quelque chose  me retenait et je ne savais  pas quoi.  Soudain je  m’apercevais qu’en réalité c’était Lola, qui était  allongée  sur  mon cou et m’étouffait, mais vraiment ! Je ne pouvais plus respirer, je haletais et  j’essayais de la  repousser en vain. Elle était en train de me tuer ! Moi qui lui cédais tout, qui l’adorais !

Et tout à coup, après un miaulement rauque, elle m’apparut auréolée d’une faible lumière diffuse qui provenait de ses yeux. Je lui parlais doucement essayant de comprendre ce qu’elle  voulait me dire et je compris tout quand elle me susurra à voix basse : je ne t’appartiens pas, tu n’es rien pour  moi. Par contre je sais que je suis ton jouet, l’enfant que tu n’as  pas, le compagnon qui t’a quittée, je suis tout cela pour toi, mais je veux ma liberté.

Je m’entendais lui répondre : ne t’en vas  pas ne me laisse pas  seule, je t’aime

Et elle, lassée  soudain me griffait sérieusement  au visage et feulait en sautant à terre. Elle sautait  sur  la poignée de porte et s’enfuyait.

Je me réveillais en sueur. Comment pouvais-je avoir pensé  que ma chatte  me ferait cela ?  Elle  qui est si douce et si câline.

Ce rêve me  perturba pendant toute la journée. Je n’arrivais  pas à me faire à l’idée que ce n’était qu’un mauvais cauchemar.  Ma chatte  m’adore.

Le soir quand je rentrai chez moi, je fonçai vers  la chambre.  Elle devait sûrement  être là l’oreille en éveil et le ronronnement prêt  à se faire entendre en me  voyant.

Je m’approchai du lit et regardai une feuille de  papier blanc de mon imprimante sur mon oreiller. Etonnée et surtout surprise je  l’ouvris et  croyez-moi ou pas voilà ce qui était écrit :

Tu n’as pas voulu m’écouter cette nuit, mais je te quitte, j’ai rencontré  un ami et je veux faire ma vie avec lui et avoir des  petits….

Je  m’assis comme  une masse sur mon lit  les bras ballants. 

C’était impossible elle ne  peut  pas me faire cela, elle ne  peut pas me quitter ! Et puis en raisonnant un peu un chat n’écrit pas ! Il ne sait  pas faire !

Marylou, réveille-toi !! Arrête de crier, ton réveil vient de  sonner  tu vas encore être en retard.

C’était ma  mère….

— Maman j’ai rêvé que Lola  me quittait….

— Tiens c’est drôle ce que tu me dis là je ne  l’ai pas vu depuis que je suis levée….

Comprenne qui pourra, moi j’abandonne  mais je suis sûre que ma chatte a un don, elle sait écrire.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Défi 226 croqueurs de mots

Bestiaire :

C’est un recueil de textes consacrés aux animaux.

.Quelques  lignes en vers ou en prose ayant pour sujet un être, un animal

(Sirène, ondin,Licorne, dragon…) sorti de votre imagination.

 

Le don du chat

 

Depuis quelques jours  j’avais remarqué un drôle de bruit vers  minuit.  C’était l’heure où habituellement je fermais mon livre, éteignais la lumière et essayais de me reposer un peu jusqu’à ce que l’aube me réveille. Je faisais des rêves étranges et  souvent  je ne m’en souvenais  plus  le matin. Or justement ce matin, je m’en souviens  parfaitement selon comment j’essaie de le comprendre.  Je vais  vous le raconter et je compte sur vous pour me dire si je suis  normale.

Ma chatte Lola, au pelage tout blanc, les  yeux verts, une queue en panache  a eu quatre ans hier.  Je lui ai  fêté en lui laissant exceptionnellement un petit  bout de foie gras dans sa soucoupe.  Elle était heureuse et l’a  dévoré en deux minutes.  Elle est venue vers moi comme pour me remercier et est repartie dans son panier  faire un somme.  

Le soir quand j’ai fermé le volet de ma chambre, elle était allongée de tout son long sur  ma couette comme elle le fait régulièrement quand  elle entend que je monte  l’escalier. Je la caressai en lui souhaitant bonne nuit. Oui certains diront que  c’est débile, mais je fais ainsi depuis que le l’ai. Cela ne me viendrait pas à l’idée de  me coucher, éteindre sans l’avoir câlinée.

Et c’est vers minuit que je fis ce rêve étrange. 

J’étais au lit, profondément endormie quand  soudain je me réveillais en sursaut et instinctivement  je  tâtais  ma couette pour retrouver la douceur des  poils de Lola.  Rien. J’allumais immédiatement la lumière et  surprise de ne pas  la voir, je l’appelais doucement. Pas de réponse.  Tout de suite  j’ai craint le pire, qu’elle n’ait pas digéré le foie gras, qu’elle soit malade. Mais  je n’arrivais pas  à sortir de mon lit  pour aller voir. Quelque chose  me retenait et je ne savais  pas quoi.  Soudain je  m’apercevais qu’en réalité c’était Lola, qui était  allongée  sur  mon cou et m’étouffait, mais vraiment ! Je ne pouvais plus respirer, je haletais et  j’essayais de la  repousser en vain. Elle était en train de me tuer ! Moi qui lui cédais tout, qui l’adorais !

Et tout à coup, après un miaulement rauque, elle m’apparut auréolée d’une faible lumière diffuse qui provenait de ses yeux. Je lui parlais doucement essayant de comprendre ce qu’elle  voulait me dire et je compris tout quand elle me susurra à voix basse : je ne t’appartiens pas, tu n’es rien pour  moi. Par contre je sais que je suis ton jouet, l’enfant que tu n’as  pas, le compagnon qui t’a quittée, je suis tout cela pour toi, mais je veux ma liberté.

Je m’entendais lui répondre : ne t’en vas  pas ne me laisse pas  seule, je t’aime

Et elle, lassée  soudain me griffait sérieusement  au visage et feulait en sautant à terre. Elle sautait  sur  la poignée de porte et s’enfuyait.

Je me réveillais en sueur. Comment pouvais-je avoir pensé  que ma chatte  me ferait cela ?  Elle  qui est si douce et si câline.

Ce rêve me  perturba pendant toute la journée. Je n’arrivais  pas à me faire à l’idée que ce n’était qu’un mauvais cauchemar.  Ma chatte  m’adore.

Le soir quand je rentrai chez moi, je fonçai vers  la chambre.  Elle devait sûrement  être là l’oreille en éveil et le ronronnement prêt  à se faire entendre en me  voyant.

Je m’approchai du lit et regardai une feuille de  papier blanc de mon imprimante sur mon oreiller. Etonnée et surtout surprise je  l’ouvris et  croyez-moi ou pas voilà ce qui était écrit :

Tu n’as pas voulu m’écouter cette nuit, mais je te quitte, j’ai rencontré  un ami et je veux faire ma vie avec lui et avoir des  petits….

Je  m’assis comme  une masse sur mon lit  les bras ballants. 

C’était impossible elle ne  peut  pas me faire cela, elle ne  peut pas me quitter ! Et puis en raisonnant un peu un chat n’écrit pas ! Il ne sait  pas faire !

Marylou, réveille-toi !! Arrête de crier, ton réveil vient de  sonner  tu vas encore être en retard.

C’était ma  mère….

— Maman j’ai rêvé que Lola  me quittait….

— Tiens c’est drôle ce que tu me dis là je ne  l’ai pas vue depuis que je suis levée….

Comprenne qui pourra, moi j’abandonne  mais je suis sûre que ma chatte a un don, elle sait écrire.

 

 

 

 

Voir les commentaires