Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Voici maintenant sans tarder la récolte de vos mots :

clé pantalon lumière – famille croqueur feu opium – lait

paysage – chaussetteétoileconcocter – croire casquette

crotte –– pumpernickel

 

Cher Père Noël

Il y a longtemps que je n’avais pas pris contact avec toi mais je me suis souvenue d’un soir de décembre, il y a deux ans.  J’étais encore une enfant  je n’avais que cinq ans. Malgré le temps pluvieux nous t’attendions avec  impatience et tellement de bonheur !

Jean-Philippe, mon grand frère m’avait dit la veille que le   père Noël n’existait pas, que ce n’était qu’une fête de famille et que tout le monde nous  prenait pour des « billes » et  nous faisaient croire en lui. Ca les arrangeait bien car  ainsi, s’ils ne trouvaient  pas ce que nous avions commandé, ils se retranchaient derrière  lui.  Mais  mon frère critique toujours tout. Il n’empêche que  même lui avait mis sa chaussette  près de la cheminée chez  Mamie. C’était là encore une tradition, Papy Roger  faisait  du feu dans la cheminée une seule fois dans  l’année et c’était  pour cette occasion.  Ainsi le  père Noël pouvait se fier à la fumée car  les étoiles  n’éclairaient pas suffisamment. Nous étions en hiver  et souvent  il pleuvait des cordes alors  les étoiles  ben…  on n’en voyait  pas une et la  seule lumière provenait du sapin qui scintillait dans la pièce.

Je gardais quand  même  l’espoir que  même s’il avait raison, je voyais bien mes  parents  parler à voix  basse et je suis sûre qu’ils étaient en train de concocter  la liste des cadeaux avec le  père Noël, le pauvre il ne  pouvait pas savoir ce qui nous ferait plaisir, il fallait  l’aider.

Jean-Philippe avait commandé une casquette à carreaux genre gavroche et un pantalon très large avec des bretelles.

Moi, modestement je voulais depuis  longtemps  un tableau représentant un paysage de neige, des montagnes, des grands  sapins  enfin un autre décor que notre  plat pays du nord de la France.

Mamie, de son côté  préparait un pumpernickel comme toujours. Personne n’aimait vraiment  ça  mais  on faisait semblant de s’extasier. Elle semblait tellement heureuse, nous disant que  ce pain se  mangeait en famille et  à Noel, il faisait  parfaitement  l’affaire avec les  huitres. Moi je m’en fichais  je n’aimais ni ce pain ni les huitres. On me donnait un petit  bout de saumon fumé  humm !! je me régalais.

Dans notre chaussette, on trouvait aussi un petit paquet de crottes en chocolat.  C’était un mélange de chocolat noir  et au lait.  Je préférais celles au lait et ça tombait bien, car Jean-Philippe se ruait sur  celles au chocolat noir.

Le meilleur moment de cette soirée  revenait toujours  au doux rire de Mamie quand elle faisait semblant de  découvrir  son cadeau :

 Oh ! Mes enfants comme  vous  m’avez gâtée, il ne fallait pas, mon parfum préféré  OPIUM de  Yves Saint Laurent !

Et puis bien sûr  notre « croqueur de croquettes »  comme nous  l’appelions tous  était de la fête.  Notre chat  Mitzou venait régulièrement chercher son petit bout de gigot en se  mettant  à nos pieds et le regard implorant. 

Quelle jolie histoire que ces réunions où nous étions  heureux. Nous avions trouvé  la clé du bonheur : être tous ensemble  réunis et  mangeant et riant en ce merveilleux soir de  Noël.

Maintenant, c’est un peu différent. Nos  parents se sont séparés  dans l’année et on ne sait plus trop aujourd’hui chez  qui nous allons aller fêter Noël, mais nous serons ensemble Jean-Philippe et moi c’est déjà super….

 

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Défi 213 Croqueurs de mots

Novembre a ses charmes

Novembre a ses larmes

Son décor fait rêver

Son refrain fait pleurer

 Vous le complétez ou vous l’introduisez dans un texte comme cela vous convient.

Questionnement sur le mois de Novembre

Certains disent et y croient :

Novembre a ses charmes

Je n’ai jamais trouvé de charme à ce mois triste à pleurer. C’est le mois  des bruines, du brouillard, des  petites  pluies  parfois du gel  et  surtout c’est le mois des défunts, c’est  le mois des visites au cimetière. Il faut bien rendre visite  à nos  morts  n’est-ce pas ! C’est le mois qui enterre l’automne.

Novembre a ses larmes,

Que ce soit devant  les tombes des  personnes que nous avons aimées, que ce soit dans les rues des villes, tout est gris et triste et souvent à cette période, on commence  à parler des sans-abris et beaucoup y vont de  leur  larmes à défaut de leur porte-monnaie. On ne peut  pleurer sur toutes les misères du monde n’est-ce pas ?

Son décor fait rêver

Malgrè tout car c’est  le mois des préparatifs  de noëls fastueux, des  promotions, des  repas  disproportionnés qui laisseront un gout amer les lendemains, mais auxquels il va falloir penser si l’on veut trouver ce que l’on cherche de  meilleur…, des décorations  flamboyantes dans les arbres, des  petites lampes qui scintillent, des sapins décorés. 

Son refrain fait pleurer

Si j’ai de l’eau dans les yeux, c’est qu’il me pleut sur le visage sont  les paroles d’une  magnifique chanson « balade en novembre »

En novembre, bien souvent on fait le point sur l’année écoulée et c’est  un mélange de joie et de souffrance qui se dégage de ces réflexions et ces retours sur soi. Mais on l’aime bien car c’est aussi le mois des jolies couleurs des feuilles jonchant les  pelouses, c’est  le mois des  feux dans la cheminée, c’est le  mois de  la sortie avec bonheur des couettes que l’on avait bien rangées.

C’est le mois qui  va être très long  pour  les  gens qui n’ont rien et qui ont froid,  mais qui va être court pour tous ceux qui « doivent »  préparer  les « fêtes de fin d’année »

Novembre ne laisse personne indifférent.

Voir les commentaires