Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Je vous propose d'écrire un texte à partir de quelques lignes tirées du livre de Marie Gillet "aussitôt que la vie".

"Je suis partie de bon matin. J'ai pris ma décision après avoir ouvert les volets et regardé le ciel lisse vaquant simplement à son occupation de l'aube ; laisser la place au jour. L'ait était pur et calme. Il allait faire très beau. Rien ne s'opposerait à la lumière."

 

Tout va bien

Je finissais de lire cette œuvre de Marie Gillet et me disais que finalement la vie était très belle. Il suffisait de la regarder avec sérénité et calme.

Seulement pour cela il ne faudrait aucune interférence d’autrui ni un événement contrariant. Ce qui ne fut pas le cas de Julie quand elle reçut un SMS d’Ameli qui l’informait que sa carte vitale était périmée. Inquiète d’autant plus qu’elle était en arrêt de maladie et devait renouveler son ordonnance, elle crut bon de régler les frais d’expédition de cette nouvelle carte que lui proposait gentiment le centre. Elle paya par carte bancaire mais heureusement, elle eut soudain un éclair de lucidité et téléphona tout de suite à sa banque. Il s’agissait d’une arnaque : pas de soucis on changeait sa carte et elle ne devait plus faire d’achat tant qu’elle n’aurait pas la nouvelle. Ouf ! voilà qui semblait rondement mené.

Quelques heures plus tard, elle recevait un appel de sa banque lui demandant ses coordonnées bancaires afin de régler ce problème de fraude.  Elle se fâcha, et raccrocha. En effet, il s’agissait là encore d’une manœuvre pour essayer de la bluffer afin de pouvoir aller sur son compte bancaire faire gentiment ses petites affaires.

Tout cela pour dire que parfois on se réveille en pleine forme, on a bien dormi, tout va bien. Le soleil est là et on se dit que la journée va être superbe.

Je veux bien que l’autrice de cette œuvre pense « que rien ne s’opposerait à la lumière » mais Julie doit se dire que parfois il fait sombre. Ce sont des petits riens de ce genre qui atténuent la luminosité que l’on aurait pu espérer.

Je dois aller déjeuner avec Julie et j’espère que nous allons oublier tous nos tracas pour ne penser qu’au bonheur de, justement, pouvoir rire encore…

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Ecrire une petite histoire en utilisant les mots suivants dans leur sens masculin et féminin : Carpe, Faune, Greffe, et aussi d’intégrer : Dauphin et DauphineLézard et LézardeLoup et Loupe (et plus si affinité)!

 

Agréables vacances

 

Nous étions en vacances depuis deux semaines et après s’être bien reposés dans notre appartement, nous décidions un soir d’aller le lendemain sur les bords de la Marne pour pécher. Jean-Marie n’avait pas sorti son matériel de la cave de l’immeuble depuis longtemps aussi, prudent il décida d’aller le vérifier immédiatement. Il remonta ravi, tout était en ordre.

La pêche avait été sa passion mais depuis quelques années nous préférions visiter des parcs fleuris et admirer la faune et la flore en nous baladant à travers les petits chemins bien entretenus. 

Naturellement une fois arrivés su place, il déballa sa ligne et me promit que nous dinerions d’une carpe péchée par ses soins.  Certes, je voulais bien y croire mais ce poisson se faisant rare, j’avais envisagé un rôti de porc froid au cas où nous reviendrions bredouilles.

Ce fût hélas le cas !

Jean-Marie était furieux.

— Et si on regardait un reportage à la télévision ?

— Tu as raison, je vais aller chercher des dvd. On pourra s’évader en regardant les dauphins et leurs dauphines s’amuser dans l’eau ! lui dis-je en riant.

Plus détendu il me fit remarquer que mon idée était bonne et que l’on pourrait aussi jouer « au lézard et à la lézarde » sur notre balcon, ils annoncent du très beau temps pour demain. Paris est désert, il fait très chaud ce serait chouette aussi non ?

Que c’était bon de retrouver notre bonne humeur. Fatigués de la journée Jean-Marie s’endormit sur le canapé et pendant que je quittais la pièce à pas de loup, je pensai que nous pourrions aussi aller au cinéma. Je me dis que nous avions encore quelques jours de vacances et j’allumai mon ordinateur pour connaître les films en salle en ce moment. J’avais oublié mes lunettes dans le salon et comme je ne voulais pas réveiller l’homme de ma vie, je pris la loupe de ma grand-mère pour mieux lire.

J’en trouvai un qui semblait pas mal avec un titre intéressant :  « réparer les vivants » il était question de greffe du cœur.

Je lui en parlerai demain. Avec cette chaleur, ce serait intéressant d’aller se mettre au frais dans une salle climatisée…

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog