Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

défi 67

Publié le 31 Octobre 2011 par marie chevalier dans mes textes divers

thème

"Ce matin, comme tous les matins, je prends mon journal habituel (nom du journal), je le déplie et je découvre alors avec surprise que mon portrait se trouve en première page (...)"

 

JE M’AIME 

 

Comme chaque matin je descends  vers le centre-ville et  me dirige  d’un pas tranquille vers  le marchand de  journaux. Bien sûr  je regarde  les jolies  boutiques bien décorées et  qui m’attirent irrésistiblement. J’aime  me regarder dans les glaces de leurs vitrines et  me replacer une  mèche folle. En fait  je m’aime…  je n’en ai pas honte, je suis  plutôt bien fait et les filles se retournent facilement sur  moi quand  je  fais  mon jogging  sur  la  plage.

Là, pour l’instant, je vais acheter mon quotidien : le courrier  picard. Je n’ai trouvé que ce  journal sur ce  lieu de vacances qui me  raconte tous  les  potins  des alentours et de la région et qui malgré tout, n’hésite pas  à faire des pages sur  ce qui se  passe dans  le monde.
Moi, je ne regarde en fait que les  petites annonces car je suis à la recherche  d’une petite voiture d’occasion.

— Bonjour  mademoiselle,

— Bonjour  monsieur, le Courrier comme d’habitude ?

— Bien sûr et bonne  journée !

— Vous de  même 

 

C’est ainsi tous  les  matins et ce pendant  les  28 jours de  mes vacances, je plie le quotidien sans  le regarder , j’adore  m’assoir sur un banc, près de  la  mer et l’ouvrir. C’est mon plaisir.  Me voilà bien installé, j’allonge  les  jambes et  je le déplie. Je pousse un petit cri de stupeur : ma  photo est en première  page ! Quel émoi ! Qu’est-ce que cela veut dire ?

Avidement je  lis : Cet  homme est recherché …  voir la suite  page  3

 

— Merde il faut que je tourne  la  page !

 

Et  là, fébrilement, je découvre une histoire à vous faire dresser les cheveux  sur  la  tête.  Je lis à voix haute, tellement je suis troublé.

Ce jeune homme, grand, brun, d’allure sportive,  est recherché  dans tout le canton. A  l’heure où nous imprimons  nous  n’avons que sa  photo mais il est clair que cet homme a des démêlés sérieux avec la justice, alors si vous  le rencontrez, merci de  prévenir  la gendarmerie, et celle-ci nous a conseillé d’indiquer qu’il pouvait  être dangereux.

 

Je reste  assis, livide et essayant de comprendre. C’est une  mauvaise  plaisanterie,  des potes à moi sans doute qui ont  fait ce communiqué à la  presse ! Hélas, quatre hommes s’approchent de moi, j’avais remarqué leur présence à la sortie du magasin de journaux,   et  sans me  laisser le temps de  dire un mot, me soulèvent  en me demandant de  rester calme.

 

— Où m’emmenez-vous ? 

— A la  police, vous vous  y attendiez  non ?  Après ce que vous avez fait !

— Mais  lâchez-moi et d’abord qui êtes-vous ? 

— Les serveurs  de  de l’Auberge  du Port, où vous avez tout cassé après avoir  massacré  le  patron hier soir, nous avons  ramassé ta photo sur le trottoir, pas de chance hein ? 

— Mais vous devez vous tromper, ce n’est  pas possible !

 

Ils  m’emmenèrent de force à la  gendarmerie et là encore, je fuis  molesté  et  traité  comme un criminel.

On me  débarrassa de mes bagues, de  ma  chaîne de cou et  de mes  lacets, quelle honte ! et on me mit en cellule  en attendant  des instructions.

Je demandai à parler à un avocat, mais  ils faisaient tous semblant de  ne  pas  m’entendre. Un vrai cauchemar !

 

Enfin, une jeune femme entra dans  le commissariat et  on me fit venir.

Elle me regarda longuement.

 

— Alors  mademoiselle  c’est bien lui ?   

— Non monsieur, je ne  le reconnais  pas du tout et  pourtant je suis  physionomiste.

— Mais alors ?  On fait quoi ?  demanda  un jeune  policier qui  me retenait par  le bras

— Vous  êtes sûre  mademoiselle ? 

— Parfaitement sûre, le jeune homme qui a tabassé mon père était bien plus  petit, plus blond, et surtout  il lui manquait  un doigt.

 

Les flics avaient  l’air très ennuyé quand soudain je me souviens.

— Attendez, je sais ce qu’il s’est  passé! Hier soir  je me  promenais sur  la digue, près  de l’Auberge  du Port  et  deux hommes  m’ont demandé du feu. J’ai sorti mon briquet  et une  photo de moi est tombée de  mon étui à cigarettes. C’est comme  ça je pense  que celle-ci a été  retrouvée et envoyée au journal.
— Mais pourquoi avoir une  photo de vous dans  un étui à cigarettes ? 

— Tout simplement  parce que  j’aime  mon visage et  ma silhouette et  que j’adore  faire des  photos de  moi.

— Bon allez signer votre déposition et  ne trainez  plus dans  les parages, me  prévint  l’officier de police, en ébauchant un sourire.

 

La demoiselle  me regardait et sortit derrière  moi.  Elle  me rattrapa  et  s’excusa  pour tout ce dérangement  et  me dit  qu’effectivement  j’étais beau gars.

e me redressai comme un paon et  lui répondit : Je sais, mademoiselle,  moi aussi je me trouve  beau, je m’aime  mais promis  je ne  laisserai plus trainer de  photo de moi dans mon étui à cigarettes !

 

 Fin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Qu'en penses-tu?

Publié le 29 Octobre 2011 par marie chevalier dans mes livres


320.jpg

 

 

 

 

 

 

Il s'agit de  mon cinquième roman après   les Jeannette, Une folie ordinaire, Les marques de la vie et Des vies saccagées.


 

L'histoire :

Eva et Sonia sont jumelles. Leur mère est morte  en les  mettant au monde et elles ont été  élevées par leur grand-mère  Maryvonne. 
Elles ne connaissent pas leur père qui est  parti loin d'elles au décès de sa femme... .
Entourées de la tendresse de leur  Mamie, elles ont peu souffert de cet abandon et sont devenues de  jolies  jeunes filles gaies et aimant  rire et s'amuser.
C'est  malheureusement à cette époque que le destin bascule et  les sépare.
Des hommes entrent en " scène " et elles vont terriblement souffrir sous le regard de Maryvonne qui, malgré son amour  ne peut  pas  beaucoup les  aider.

 

Extrait 1 :

… - Pourquoi garder tout l'argent de notre père à la banque ? Nous avons maintenant chacune notre appartement, et il reste encore largement de quoi nous payer une petite maison de week-end pas trop éloignée de Paris. Qu'en penses-tu ? Tiens samedi on ira voir quelques agences immobilières. Ce serait bien le diable si l'on ne trouvait pas quelque chose dans nos prix et sympa, non ? Qu'en penses-tu ? …

 

Extrait 2 :
… Ce samedi matin, à peine terminé le mariage à la mairie du 18ème arrondissement, ils partirent tous à Rocquencourt. Eva et Sonia avaient tout préparé la semaine précédente et une cinquantaine d'habitants qui avaient été invités les attendaient devant la grille de leur maison. Dans le jardin, elles avaient dressé et bâché des tables et là, elles furent heureuses de constater que les invités les avaient découvertes et fleuries. Tous les gens que les filles avaient invités étaient là, du plombier au notaire en passant par le cantonnier et le boulanger…

 

Extrait 3 :
… Maryvonne se remettait à peine de cet évènement que jamais elle n'aurait pu imaginer même dans ses pires cauchemars. Julien avait beau être gentil et prévenant, elle s'en voulait comme si elle était responsable personnellement.
- Je les ai peut-être mal élevées ?
- Je n'ai peut-être pas su ? …

 

 

commentaires

les jeudis en poésie

Publié le 27 Octobre 2011 par marie chevalier dans jeudi en poésie

le thème : presse écrite, radio, télévision, internet: 

 

 

LE VIRTUEL NE TUE PAS

 

Qu’elles se nomment

Grisette

Ciboulette

Coquillette

Bidouillette

Frisette

Ou Blanchette,

Elles sont toutes là.

Espérant le prince

Qui passera

Ou passera pas ?

 

Les paris vont bon train

Il n’a  pas salué

Vous avez remarqué ?

Il l’ignore ?

Seraient-ils séparés ?

Pourtant ça avait l’air de marcher ?

Mais  non ! vous ne comprenez pas

Une autre est arrivée

 

Qui se nomme :

 

Rebecca

Ou Martha

Ou Clara,

Ou Atomica

Ou Jumacha

Ou …….. ?

 

    Ah oui ?

Elles aussi ?

Puisque je vous le dis !

 

Marinelle,

Arielle,

Fontelle,

Canelle,

Isabelle.

Ou….. ?

 

 

Laquelle de ces nouvelles

Aura droit ce soir

Aux mots doux susurrés

D’un doigt léger

Sur  les claviers de :

 

Jesuislà

Quefaisjelà ?

Pourquoipas ?

 

Ou de :

 

Homme seul

Hommelibre

Hommecultivé

Homme sincère

Ou ……. ?

 

 

Et si ce n’étaient que des leurres

Toutes ces  phrases, tous ces mots

Qui embaument le  cœur ?

Le soir quand  arrivent nos maux ?

Si nous pouvions nous passer

De tous ces fantasmes

Qui font rêver certes,

Mais nous laissent inertes

Plus  malheureux encore

Que  la veille et moins

Que demain.

Si……

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

Il s'en va

Publié le 19 Octobre 2011 par marie chevalier dans mes poèmes

 

 

 

 

 

 

Il s'en va

 

 

Comme souvent vers d’autres cieux

Simplement parce qu’il en a assez

De ne pas savoir où il va.

Il s’en va, non pas par envie

Mais parce qu’il veut faire un trait

Il reviendra sans doute

Du moins je l’espère

Car le monde sans cet ami

Me semble bien amer

Vis ta vie mon ami

Ne te retourne pas

Mais si tu t’en vas...

Un jour ou l’autre

Reviens-moi

 

 

 

 

 

 

commentaires

defi 66 (croqueurs de mots)

Publié le 17 Octobre 2011 par marie chevalier

Défi n°66 de la Communauté over blog des Croqueurs de Mots 

Le thème:

Enlacez vos lacets sans vous lasser!

De quoi s'agit-il? Partez d'un objet aussi anodin qu'un lacet, serpentez sur ses boucles et ses (in)sinuations, et laissez-le créer le nœud complexe d'un moment. Car, après tout, ce sont les objets les plus anodins qui nous sont les plus utiles, et qui nous ramènent parfois des souvenirs d'une époque, d'un instant, d'un autre objet chéri, d'un détournement d'utilisation, d'une pensée incongrue...  Amusez-vous, que ce soit en champs lexicaux, consonances, doubles sens, non-sens, sens cachés ou même assonances. Proposez vos proses ou posez vos poésies, l'essentiel étant que de lascifs lacets apparaissent et fassent le lien entre mon thème et votre création.

Il suffit parfois de presque rien.

Que je vous raconte

Il ne s’agit pas d’un conte :

Un soir,

Vers les vingt- trois heures,

Si si je tiens à être précis.

Donc un soir,  vous disais-je

Je rencontrai Nadège.

Elle n’était pas jolie

 

Mais devant ses yeux embués

De larmes  de douleur,

Je craquai et lui demandai :

Que s’est –il passé Mademoiselle ?

Un problème de souliers ?

Pas du tout me répondit-elle,

Un problème de  lacets.

J’en restai coi et sans voix :

Que me racontait-elle là ?

Que vous ont donc fait

Ces  pauvres lacets ?

Rien, monsieur, rien

Mais à cause d’eux,

Je me suis tordue le pied

Et vous êtes arrivé

Depuis le temps

que je vous attendais!

Mais  dans quel but ?

Celui que vous voudrez,

Mais il n’y a pas de fatalité

Si vous  êtes là c’est sûrement

Parce que nous étions faits

Pour nous rencontrer.

J’en fus  vraiment gêné

Et j’eus du mal à penser

Qu’une paire de lacets

Puisse changer le cours de ma vie.

C’est pourtant ce qu’il advint

Aujourd’hui Nadège et moi,

Oui vous avez  bien lu,

Nadège et moi, sommes mariés.

Tout cela  à cause d’une  paire de  lacets

Qui l’avaient fait chuter

Juste quand  je  passais….

Incroyable ? Certes …

Mais vrai !

 

 

commentaires

jeu 65: de fil en aiguille (croqueurs de mots)

Publié le 3 Octobre 2011 par marie chevalier

Défi n°65 " de fil en aiguille "

Prenez dans cet ordre:

du fil, une ou des pelote(s), du tissu, des perles, du coton,

un ou des bouton(s), , un ou des (s), un patron,

un peu d'imagination, un outil tranchant de votre choix

et une ou des aiguille(s)

Vous écrirez un texte sous la forme qui vous plaira

en utilisant l'outil tranchant

en respectant l'ordre des mots imposés (en gras)

qui n'a strictement rien à voir de près ou de loin

avec la couture ou le tricot !!

 

Souvenirs

 

Au fil des années, je me  préparais des  pelotes de souvenirs pour mes vieux jours. Je m’imaginais, une  paire de ciseaux à la  main, malmener un morceau de tissu trouvé chez ma mère dans son grenier. Vous savez, un joli tissu fait de dentelle et de perles qui brillaient dans le soleil, en joli coton naturellement. Je rassemblais deux pans en les pliant soigneusement ave un bouton de nacre trouvé  lui aussi dans cette  malle.

Au lieu de cela, les yeux dans le vague, regardant la mer, assise à ma terrasse, je sirotais un petit verre - devrais-je plutôt dire un à coudre ?  - d’une  petite liqueur faite maison par le  patron d’un bistrot que je connaissais.

Aussitôt je ressentais les bienfaits de ce breuvage comme des  petites aiguilles dans  ma gorge : un réel  plaisir.

Je crois que cet instant de bonheur, je l’enfouirai dans ma  pelote de  souvenirs.

commentaires