Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Décrivez un de vos défauts ou atouts physiques ou de personnalité en utilisant le plus possible d'adjectifs en gras dans l'extrait de la tirade du nez de Cyrano de Bergerac ci-dessous. Vous pouvez aussi utiliser d'autres adjectifs.

Extrait de la tirade du nez de Cyrano de Bergerac :

Agressif: Moi, Monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur-le-champ que je me l'amputasse ! 
Amical: Mais il doit tremper dans votre tasse !
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! 
Descriptif:  C'est un roc ! . .. c'est un pic ! . . . c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ?. .. C'est une péninsule ! 
Curieux:  De quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ? 
Gracieux:  Aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous vous préoccupâtes
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? 
Truculent:  Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? 
Prévenant:  Gardez-vous, votre tête entrainée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! 
Tendre:  Faites-lui faire un petit parasol
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! 
Pédant: L'animal seul, Monsieur, qu'Aristophane
Appelle Hippocampelephantocamelos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! 
Cavalier:  Quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode! 
Emphatique: Aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! 
Dramatique :  C'est la Mer Rouge quand il saigne ! 
Admiratif:  Pour un parfumeur, quelle enseigne ! 
Lyrique:  Est-ce une conque, êtes-vous un triton ? 
Naïf:  Ce monument, quand le visite-t-on ?
Respectueux: Souffrez, Monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue! 
Campagnard:  He, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! 
Militaire:  Pointez contre cavalerie !
Pratique:  Voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, Monsieur, ce sera le gros lot !

Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »

 

Bonjour Laure,

Je réponds à ton mail du 14 octobre.

Mais c’est un véritable descriptif de ce que tu penses de moi, c’est dramatique !

Depuis quand me juges-tu agressif ?  Moi qui suis on ne peut plus tendre ? la crème des hommes ?

Bien sûr, je sais aussi être distant, voire complètement en dehors de la conversation que tu as avec tes copines.

Mais je vais te dire une chose, il n’y a pas plus gracieux que moi, ou alors je suis naïf et je crois bêtement que je le suis !

L’autre jour, j’ai voulu ramasser le sac de ma voisine, car je suis aussi ne t’en déplaise prévenant., eh bien elle aussi avait un reproche à me faire, elle a osé dire que j’étais pédant ! alors que je suis d’une modestie, tous mes collègues te le diront ! elle a même ajouté qu’elle était très surprise que je l’aide car pour elle je ne suis qu’un prétentieux emphatique !  Suffisant et surtout imbu de ma petite personne. Ca m’apprendra à vouloir aider les gens !

Bon passons à autre chose tu m’affirmes également que je ne suis pas gracieux, que je ne fais aucun effort, mais tu te rends compte à quel point tu te trompes !

Je suis toujours curieux de tout ce que tu fais, je suis à l’écoute, tu me le dis toi-même que je suis un tendre, et surtout respectueux vis – à vis des gens, il faudrait savoir !

Je crois que notre liaison va se terminer là, car je ne suis pas lyrique moi, je suis un campagnard tout simple, sans idées toutes faites sur les autres.

Ton mail m’a fait mal mais au fond je le trouve truculent comme moi !

Bon en même temps on ne va pas faire dans le mélo, je ne suis pas adepte des comédies dramatiques, alors reprends contact avec ton ancienne liaison, ton militaire ! et oublies-moi

Bon vent

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Imaginons que nous ne sommes que vers la fin de septembre 2019.

Pour celles et ceux qui mesurent le temps en années scolaires, Elle vient de commencer et vous avez des rêves voire des projets plein la tête. Essayons de faire abstraction du vécu de ces deux dernières années pour écrire un texte de quelques lignes en prose ou en vers (libres ou pas) dans lequel nous nous projetons dans cet avenir proche. Rêvons un peu, beaucoup, passionnément !

 

Un rêve réalisé

 

Nous étions en septembre 2019 et depuis quatre années, ma femme refusait de prendre un chat, le nôtre étant parti de vieillesse en 2015. J’avais beau la supplier, lui dire combien cela me manquait, elle restait intraitable.

Des arguments, elle m’en trouvait chaque fois :

 J’ai trop souffert quand il est parti,

On voit que ce n’est pas toi qui l’a emmené se faire euthanasier,

 Nous en avons déjà eu trois, ça suffit maintenant je veux la paix,

 Je veux dormir tranquille sans être réveillée par une bestiole qui viendrait me lécher les cheveux à quatre heures du matin,

J’ai donné

Etc…

Et puis en ce matin triste et sombre du vingt et un septembre 2019, l’automne était à la porte et franchement je ne me sentais pas très bien : anxieux, stressé, les ans sans doute mais aussi cela faisait juste quatre ans jour pour jour que notre chat n’était plus.

Je buvais mon café debout devant la fenêtre, maudissant cette pluie qui n’en finissait pas quand ma femme me tapa sur l’épaule.

Je me retournai vivement et essuyai mes yeux pleins de larmes. Elle me regarda comme si elle me découvrait.
— Zut tu ne vas pas bien ? Moi qui avais une bonne nouvelle à t’annoncer !

— Dis toujours

— Demain nous allons au village voisin, une dame se sépare de ses chatons. Elle les donne et j’ai pensé que ce serait chouette de penser enfin à remplacer notre …

Rien ne pouvait me faire plus plaisir, je la pris dans mes bras et lui embrassai les cheveux. Elle rit gauchement en me disant : ah non tu ne vas t’y mettre toi aussi, le nouveau venu se chargera de me faire des baisers dans les cheveux !

Et c’est ainsi que cette décision prise en 2019 nous a sauvés de l’hébétude dans laquelle un certain virus nous a mis. Heureusement, ce petit chat réclamait des caresses, des jeux, et il était si mignon ! Nous passions notre temps à nous occuper de lui et le temps passait vite.

Mes amis disaient qu’ils étaient confinés chez eux, pour leur travail ou tout simplement parce qu’ils ne pouvaient pas se distraire. Mais nous ? nous étions pris à plein temps et cette petite boule de poils nous avait fait accepter le confinement à peu près correctement.

Nous pensons parfois que si nous n’avions pas eu cette « bestiole » nous nous serions fait suer !! et de plus mes angoisses et mon stress n’auraient fait que me rendre encore plus malade.

Merci ma femme pour ce cadeau.

 

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog