Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Choisissez au moins deux, ou plus, contes connus (Andersen, Grimm, Perrault...) qui ont enchanté votre enfance et, avec leurs personnages principaux écrivez une fable qui devra comporter une morale finale. Vous pouvez rajouter d'autres personnages.

 

La pauvre Josy

 

Josy était une jeune fille très mignonne mais toujours mal habillée et surtout d’une saleté repoussante.  On pouvait croire qu’elle le faisait exprès et pourtant sa copine Marion qui la connaissait bien, un jour nous raconta son histoire.

Josy était née un premier avril et tout le monde se moquait d’elle car on lui disait souvent qu’elle sentait plus fort qu’un poisson tellement elle était sale. Certaines de ses copines de classe osaient même l’appeler Cendrillon comme si cela était une insulte. Que de gifles qui se perdent pensait tout bas la pauvre gamine car effectivement si les autres savaient !

Son père, un ivrogne connu dans tout le village, s’était mis en ménage avec une pauvre femme sans le sou et très très pauvre.  Sûr que le Georges picolait pas mal mais était doux comme un agneau et avait de l’argent au Crédit Agricole. Ça aide à trouver une compagne parfois !

Donc la Raymonde s’installa comme chez elle et se mit dans la tête de faire de Josy une fille de la haute bourgeoisie. Elle lui demanda tout d’abord de tenir la maison (pour se faire la main) lui disait-elle. En fait elle devint très vite le larbin de son père et de sa compagne. Sans compter que cette dernière avait deux filles laides comme des poux, et qui dépensaient tout l’argent que leur donnait le Georges en belles toilettes.

Un jour le facteur qui partait en retraite s’arrêta chez eux pour leur dire au revoir et surtout leur présenter son remplaçant.

Et là se fut le coup de foudre entre ce jeune homme bien mis très beau et fin et la petite Josy. Dès le lendemain celle-ci changea et fit très attention à son apparence. Finalement elle surprit tout le monde le jour où en plein cours de chant à la chorale de l’église, elle demanda le silence et annonça son mariage avec le beau facteur.

Un grand silence se fit et une jeune femme très jolie cria : eh bien ma vieille, il va falloir te faire une raison car ton facteur et moi sommes mariés depuis deux ans et j’attends un bébé !

Josy pâlit et s’évanouit là devant tout le monde.

Elle ne fut plus jamais la même. Elle se laissa de nouveau aller et redevint la petite souillonne qu’elle avait été.  Et puis un jour on la retrouva morte à la porte du cimetière, elle avait avalé de la mort aux rats.

Quant au facteur, il va à la messe tous les dimanches en poussant le landau et en tenant sa femme par la taille.

Moralité : ne jamais se fier aux apparences, Josy en est la preuve. Elle était si sale et mal habillée que personne n’avait remarqué combien elle était belle et fragile à l’intérieur.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Evoquez une histoire réelle ou imaginaire avec une horloge ou une pendule, ou un réveil, une montre, un chronomètre, une horloge pointeuse, un cadran solaire ou pourquoi pas le sablier pour les œufs à la coque, ou un jeu comme le scrabble etc… ou encore un métronome (un seul ou plusieurs instruments) en prose, en vers, en dessin, en mélange, peu importe, juste faire « pas trop long » pour favoriser la lecture des uns et des autres.

 

La sonneuse de cloches

—Mamie c’est quoi ces cloches ?

—Ben Joséphine c’est le glas.

—Tu veux dire que quelqu’un est mort ?

—C’est à peu près cela oui, on nous informe d’un décès de quelqu’un du village. C’est sûrement la mère Jacquotte, elle allait mal. D’ailleurs tu ne peux pas aller voir chez elle ?

La fillette trop contente de quitter cette ferme où elle passait quelques jours de vacances chez sa grand-mère, prit son vélo et fonça.

Quand elle arriva devant la maison de Jacquotte, la porte était fermée.

Des gens arrivaient de partout.

—Eh bien petite, ta grand-mère n’est pas là ?

—Non elle m’a demandé de passer 

—Comment sait-elle que Jacquotte est sûrement morte ?

—J’sais pas

Les femmes se regardèrent et l’une d’elle chuchota : elle a dû lui jeter un sort !

—Oh non ne dites pas de sottises, dit le curé arrivé à vélo lui aussi.

—Mais monsieur le curé comment savez-vous ? 

—Mesdames restez calmes je vais vous faire rire. C’est la mère Jacquotte qui a complètement détérioré le système électronique des cloches. Elle a voulu prévenir le village qu’il y avait un mariage demain et elle s’est trompée. Elle l’a mis sur position : glas !

—Alors elle n’est pas morte ?

Eh non et heureusement cat il faut nous préparer, cet après-midi il y a un mariage et quoi de plus simple pour faire venir les invités que de sonner les cloches non ?

—Peut-être mais n’empêche que la Jacquotte elle a le mauvais œil.

—Peut-être mais elle a un réveil dans l’estomac, je peux vous le dire car elle ne rate jamais l’ouverture des restos du cœur pour venir se baffrer

—Oh !! mesdames ! un peu de tenue.

—Quoi ce n’est pas vrai peut-être.

—On s’en fiche Mado, l’important est qu’elle continue à venir sonner les heures à l’église. Comment ferions-nous si elle n’était plus là. !

—On ferait venir un pro de l’informatique et il n’y aurait plus qu’à laisser faire le système. Ça nous couterait moins cher que les paniers de victuailles que l’on donne à Jacquotte

—Sur ce je dois y aller, car il va être l’heure de l’angélus et mon mari ne tolère pas les retards.

—Vous êtes sûre que c’est sept heures ?

—bien sûr pourquoi dites-vous cela on n’a pas entendu les cloches ?

—Elles vont sonner je vois la mère Jacquotte qui accoure, elle aura dû manquer le réveil !

Tout le monde éclata de rire : le comble pour une sonneuse de cloches de rater son réveil !

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog