Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #mes nouvelles

j'ai le plaisir d'avoir eu un premier prix ex aequo dans le concours 2022 je vous  mets la nouvelle ici :

 

                                      J’étais heureux quand je ne savais pas

 

Comment en suis-je arrivé là ?  Personne ne trouvera de réponse et surtout pas ma femme. Nous sommes mariés depuis cinq années. Tout fonctionnait à merveille jusqu’au moment où…

Mais je ne peux entrer directement dans le sujet sans expliquer pourquoi je me sens obligé d’en parler aujourd’hui. Sarah est une très jolie femme blonde aux longs cheveux bouclés. Enfin pas vraiment bouclés, un peu crépus car elle se fait régulièrement défriser.

Si je réfléchis, elle n’est pas vraiment blonde non plus en fait. Ses copines du salon où elle travaille, lui décolorent puis les défrisent. Cela lui fait un très chouette casque et avec ses grands yeux bleus et sa silhouette élancée, elle est superbe.

Les hommes se retournent sur elle mais elle les ignore. Très fier, le port altier, elle les domine de son dédain. Ma femme a du maintien. Ses origines bourgeoises lui ont donné le gout du beau voire du luxe.

Je me suis toujours demandé ce qu’elle m’avait trouvé de plus que les autres pour m’aimer comme elle m’aime. Ce n’est pas de la vantardise, cette femme m’adore. Et moi je l’ai idolâtrée jusqu’au jour où …

Nous étions assis devant la télévision en mangeant notre tranche de jambon accompagnée d’une salade verte comme nous le faisons souvent, quand soudain elle s’est tournée vers moi et  m’a demandé :

— Norbert, si je partais vivre au Mexique, me suivrais-tu ?

Calmement, je posai ma fourchette et mon couteau de chaque côté de mon assiette, m’essuyai les lèvres avec ma serviette en papier à fleurs, et enfin la regardai.

— Tu dis ?

Cette phrase pour gagner du temps, pour préparer ma réponse, cette phrase, quelle nullité !

D’ailleurs son sourire narquois me le fit remarquer. Sarah n’avait pas besoin de mots parfois, un sourire, un regard et je voyais ses pensées comme si elles étaient les miennes.

— Je te demande de bien vouloir répéter ma chérie je n’ai pas très bien compris ?

— Laisse, moi j’ai compris que tu n’étais pas d’accord…

Effectivement je n’étais pas d’accord car dans ses projets j’avais quelle place ? Je faisais quoi ? Je quittais mon boulot de salarié aux BTP pour partir à l’aventure ?

Je n’ai pas répondu. Je me suis levé chercher le fromage dans le placard et en me rasseyant, j’ai simplement murmuré lâchement : on en reparlera plus tard.

J’ai honte aujourd’hui. Si j’avais été assez courageux pour lui dire tout ce que j’avais sur le cœur ce jour-là nous n’en serions pas là….

Sarah, tout d’abord a changé de sujet. Elle a papoté de tout et de rien nerveusement. Je la connais bien ma Sarah, je savais qu’elle n’appréciait pas mon silence mais elle savait aussi qu’il ne fallait pas me brusquer. Nous n’avions jamais parlé de cela alors pourquoi aujourd’hui ?  Pourquoi un soir de semaine quand je rentre, exténué de ma journée de boulot sur les chantiers ? Elle ne pouvait donc pas attendre que l’on soit tranquilles tous les deux, un dimanche matin par exemple avant que j’aille faire une belote avec mes potes au café d’en bas ? 

D’ailleurs le dimanche suivant alors que je m’apprêtais à descendre elle me rappela.

—  Norbert ?  Tu rentres déjeuner ?

— Evidement pourquoi cette question ?

— Parce que je vais chez une copine, alors je te laisserai un plat à réchauffer au micro-ondes. Amuse- toi bien mon chéri.

Je sortis sans répondre mais une fois dehors, je décidai de remonter à l’appartement. Ça m’avait quand même étonné cette question. C’était la première fois qu’elle partait chez une copine  un dimanche.

Quand je mis la clef dans la serrure, j’entendis des voix.  Curieux d’en savoir plus, je restai sans bouger, l’oreille collée.

Et ce que j’entendis me  coupa  les  jambes.

Maman, je sais que j’ai épousé un abruti mais tu sais bien que je n’avais pas le choix, j’étais enceinte du comte de la Faloise. Oui oui, je sais aussi, tu ne veux pas que je le cite, que c’est de l’histoire ancienne, mais enfin ne nie pas que je faisais quand même la catin pour les amis de Papa. Oui j’ai dit catin tu aurais préféré que je dise « pute de luxe »  pour une noblesse décadente ? 

Un long silence, elle ne parlait plus et elle raccrocha violemment.

J’en avais assez entendu. C’est fou comme les mots peuvent faire mal. Quelques phrases volées par hasard et tout s’écroule autour de moi. Mon fils n’est donc pas mon fils…

Ma femme n’était donc pas la petite bourgeoise coincée quand je l’ai épousée. Elle était enceinte alors qu’elle s’était toujours refusée à moi : pas avant le mariage,  minaudait-elle, et ce vieux beau de comte machin truc l’a laissée se débrouiller seule en plus !

Ma pauvre Sarah, comme elle a dû souffrir de devoir me mentir !

Pendant ce temps, moi, je n’y voyais que du feu. Comme elle a du rire avec sa mère du bon tour qu’elle me jouait ! Père et cocu le jour de nos noces !

La colère commençait à m’aveugler et mes mains se mirent à trembler, signe chez moi d’une immense nervosité.

Qu’allais-je faire ?  Lui dire que j’avais tout entendu ?  Elle me mentirait et me raconterait une histoire à dormir debout que je croirai en plus !

Je pris le parti de me taire, vaincu.

C’est moi qui allais partir, en douce, sans prévenir.

Je rejoignis mes copains qui me trouvèrent un air fatigué.

— Oui je le suis, je vais partir quelques jours en vacances.

— Et ta femme elle peut prendre des congés ?

— Non elle a du boulot au salon, mais ce n’est pas grave, elle me rejoindra plus tard.

— C’est ça oui, plus tard. Tu n’es pas raisonnable car qui sait, Monsieur le Comte n’attend peut-être que cela pour te reprendre Sarah ?  Le vieux bouc a encore du répondant tu sais !

Je restai médusé. Tout le monde était au courant sauf moi ? 

µµµ

— Non, Maître, il n’a pas eu le temps d’en dire plus, je lui ai définitivement fermé son « clapet »

— Sans doute Norbert, mais vous êtes ici pour vingt ans minimum, ça ne valait vraiment pas le coup. Vous auriez mieux fait d’accepter de partir au Mexique avec votre femme…

— Mon ex- femme, s’il vous plait ! Elle a demandé le divorce avant même mon procès.

— C’est l’heure Norbert, les visites sont terminées.

— Au revoir Maître, au mois prochain…

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #mes poèmes

Il me fallait écrire ce que je ressentais depuis le départ de cette petite boule de poils dont la présence me manque tant ne sachant ce qu'elle est devenue.

 

 

 

 

Un grand vide

 

Comme tous les soirs

Je commence à penser

Que plus jamais

Je ne te reverrai

Tu me tues, tu m’achèves

A petit feu, doucement

Je suis certaine

Que tu ne le sais pas

Sinon me laisserais-tu

Sans nouvelles de toi ?

Si tu savais comme j’ai mal

T’imaginant dans un fossé

Ton petit corps mutilé

Ou pire crevant seule

Sans soutien, sans ma main

Pour t’apaiser

Je préfère t’imaginer vivante

Jouant à la folle

Courant comme si …

Comme si tu étais poursuivie,

Et puis t’arrêter brusquement

Faire demi-tour

Et te jeter dans mes jambes

J’en sens encore le choc

Et je m’entends rire

En te poursuivant…

Mais tu es partie…

Tu as laissé derrière toi

Une femme en pleurs

Et un si grand vide …

 

 

 

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog