Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

défi 190 (croqueurs de mots)

Publié le 11 Septembre 2017 par marie chevalier dans défis cdm

Et si Jésus naissait de nos jours…

Cela donnerait la «une»  dans tous les journaux télévisés …

A vous de broder autour de cette histoire.

 

Et si Jésus…

Il est minuit  nous sommes dans la  nuit du 24 décembre  2016.  Il pleut des cordes et  ma sœur me fait remarquer que comme tous les ans  on n’aura pas de neige.  Elle est  pénible  ma  pauvre sœur elle vieillit  mal. Elle  me raconte toute la journée que son rêve serait de  partir. Je me  mets en colère quand elle  me dit des choses comme cela  pourquoi cette nuit  plutôt qu’une autre on se le demande.

— Tu te souviens Hélène que  si je dois mourir  j’aimerais que ce soit cette nuit ? 

— Non non ne raconte pas  n’importe quoi, tu as dit  la nuit du 24 décembre  mais  tu n’as  pas  précisé  l’année alors  je t’en prie, arrête de radoter.

Nous  étions  installées toutes les deux sur  le canapé de velours  grenat qui nous venait de notre  mère et  j’avais pris  notre chat sur  mes  genoux. Il ronronnait sous mes caresses et soudain,  il feula en se réveillant brutalement.  La télé s’éteignit et se ralluma  immédiatement. Une  journaliste que nous  ne connaissions  pas, très brune et très basanée nous demanda d’écouter car elle avait une  information extraordinaire. Jésus venait de naître.

— C’est qui ce Jésus ? 

- Je n’en sais rien tais-toi et écoute, ça a  l’air grave !

La journaliste continuait : nous sommes  les  premiers à avoir reçu la nouvelle, un enfant  vient de  naitre, nous sommes tous bouleversés, il semblerait que la  maman n’ait jamais été enceinte.  Et nos correspondants de Jérusalem  nous informent que  le père, un brave charpentier,  est lui aussi abasourdi. Il n’a  pas touché sa femme depuis  plus de deux ans  tellement il est fatigué en rentrant du travail.

— Allume ta radio  Hélène,  c’est un canular sans doute.

 Nous interrompons  toutes  nos émissions car  il vient de se  produire  l’incroyable : la naissance  d’un garçon  à Bethléem.  Cela ne serait pas un scoop si on ne savait pas de source sûre que  la  mère  n’a  jamais été enceinte.

— Change de chaîne, Jeanne  vite on va voir s’ils en parlent aussi !

Toutes les chaines diffusaient le  même  message : une femme venait de  mettre au monde  un bébé sans avoir été enceinte !

Nous sommes  maintenant en mesure de vous donner  le  prénom de ce  gamin : Jésus, ils l’ont appelé  Jésus.

— Quel drôle de nom, tu ne trouves  pas Jeanne? 

— Bof  tu sais ce qui me dérange  le plus c’est qu’elle a accouché sans  être enceinte ensuite  tu vas voir qu’ils vont  nous bassiner avec cette histoire jusqu’à plus soif, viens  on va  se coucher  ce n’est pas encore cette nuit que je  mourrai, ajouta-t-elle en riant.

Pendant des mois, des années  même, cette affaire fit le tour du monde et  cela se corsa quand  une vingtaine d’années  plus tard, Hélène et Jeanne, centenaires toutes les deux, assises  sur leur canapé qui avait dû  être grenat, entendirent en même temps  que  ce Jésus, né  une nuit de décembre, faisait des miracles et  avait  des fidèles qui croyaient en lui comme  au Messie.

— Hélène, elle s’appelait comment déjà la fille  qui avait eu ce gamin surdoué ? 

— Marie et le père s’appelait joseph.

— Tu parles d’une histoire, tu remarques que nos  petits-enfants  n’y croient pas. C’est  dur à avaler disent- ils en se moquant,  la  vierge mère : que du pipeau  tout ça !

N’empêche qu’il a fait du bien aux  pauvres.

 — L’abbé Pierre aussi et on ne  lui a  pas fait des calvaires  à tous  coins de rue.

- Ah ! Mécréante tu auras toujours  le dernier mot !

— Hélène ?  Tu sais quel jour on est ?  Le 24 décembre et  ma  chérie  je crois que cette fois ce sera  ma nuit  à moins qu’il y ait encore un gosse qui nous fasse la farce de  naitre tout seul !

 Elles éclatèrent de  rire. 

Le lendemain, elles écoutèrent  les informations à la télévision. A part  parler de  la dinde  farcie aux marrons, les  journalistes n’avaient plus rien à dire d’intéressant…

 

 

 

 

commentaires

Les chattes de ELLE et LUI

Publié le 7 Septembre 2017 par marie chevalier dans mes nouvelles

                              

 

 

            TITI

 

 

 

 

 

Laquelle  préfèra-t-ELLE ? ELLE ne saurait le dire. Elles  étaient  si différentes !

 

Mais quand  on lui en parle, ELLE se confie  volontiers et nous raconte facilement les plaisirs et les joies qu’elles ont pu partager.

 

TITI a été la première à partager leur vie de couple.  C’était une grande chatte altière, noire de jais, les yeux verts. Du sang bleu du côté de sa mère, une belle siamoise à la queue courte, et hélas, un tempérament de gitane du côté de son père, le voyou de l’hôtel d’à côté ! Sa mère avait fauté et ses maîtres n’avaient pas apprécié ces petits « bâtards ». Pensez donc, depuis des générations, la lignée de Mitzi (c’était le nom de la mère), n’avait jamais été entachée. Toujours des siamois, avec cette face si fine, ces oreilles si longues et ce corps si fin !

Hélas, il fallait se faire une raison, la famille « aristo » allait s’arrêter là, faute d’avoir pris les précautions d’usage quand Mitzi manifesta des signes « d’impatience » !. Enfin, on ne pouvait pas revenir là-dessus, la faute avait été commise et cette petite boule noire était là et bien là.

 

Des estivants qui venaient habituellement en vacances chez Madame M.  Lui avaient « réservé » un petit de Mitzi, pour l’année suivante, surtout un siamois avaient-il précisé et de préférence avec une queue, une vraie ! Et puis un mâle ! Las, la pauvre Madame M. était bien ennuyée ! La portée n’était composée que de chatons de couleurs différentes, mais point de siamois ! Le cœur déchiré, elle se dit qu’il allait falloir, soit caser tous ces petits (quatre) ou alors les euthanasier ! Et à cela elle n’arrivait pas à se résoudre !

 

ELLE et  LUI, qui comme tous les ans, partaient en vacances, trouvèrent,  « sur le tard », une location chez Madame M. Lorsqu’ils arrivèrent et qu’ils virent cette nichée de petits chatons, plus mignons les uns que les autres, ELLE supplia son mari d’accepter d’en ramener un dans leur appartement à Paris. Hélas, LUI n’était pas très chaud, il n’aimait pas particulièrement les chats et préférait les chiens. A force d’arguments, ELLE réussit à le convaincre et finalement il accepta : « A condition, exigea-t-il que ce soit UN CHAT ! » Il n’était pas question de se transformer en vétérinaire et d’accoucher une chatte, d’accord ? D’accord ! Ils restèrent un mois en vacances et tout naturellement, ils allaient voir le « bébé » régulièrement et constataient ses progrès.

 Et puis, il fallait bien retourner travailler. Ils mirent le chat dans une petite boîte à chaussures, avec des copeaux, ils dirent au revoir et en avant l’aventure ! mille kilomètres avec un chaton dans une boite à chaussures, un chaton, dont il fallait bien l’avouer, aucun des deux ne savait comment  s’en occuper ! Tout d’abord, ce brave animal se mit à miauler d’une voix affreuse, rauque, et cela dura presque tout le voyage ! Puis, tout naturellement, il fit ses besoins dans la voiture, par terre, et recommença à hurler jusque Paris. LUI craquait un peu, disons, qu’il craquait beaucoup, il se mit lui aussi à s’extérioriser en criant plus fort que le chaton, qu’il n’avait jamais été d’accord pour ramener cette « bestiole » à la maison, que cela allait être une source d’ »em… » et qu’il fallait vraiment n’avoir aucune cervelle pour s’enquiquiner avec un animal dans un appartement !

 

Quand, enfin, exténués, ils déposèrent la petite boule de poils noirs qui les regardait désespérément, avec un regard si triste, si triste, que même LUI craqua et la prit dans sa main et la leva au-dessus de lui en lui disant : Bienvenue chez toi, chenapan !

 

Tout se passa bien, TITI grandissait, devenait une très belle chatte, ( car bien sûr, personne ne l’avait vu mais il s’agissait d’une chatte )!

 

ELLE l’emmena chez le vétérinaire la faire opérer et tout se passait très bien.

Bien sûr, ses maîtres l’adoraient et elle leur rendait bien, mais quel tyran ! A tel point  que parfois ELLE se demandait si  cette bête n’allait pas lui faire peur un jour, tellement elle était forte, exigeante et capricieuse. Elle se comportait avec ses maîtres comme avec des valets. Elle était chez elle et non chez  eux, et si elle n’aimait pas les amis qu’ils recevaient, elle le faisait immédiatement savoir en feulant, en leur sautant dans les jambes et parfois en les mordant. A tel point qu’ils avaient trouvé la solution : la chatte dans une pièce avec sa pitance et sa litière, et les amis dans une autre pièce ! Le vétérinaire interrogé, naturellement devant l’angoisse des maîtres, affirma que cela n’était pas rare, qu’elle défendait son territoire, que c’était en quelque sorte une chatte de garde. Bien, cela  expliquait le comportement  mais n’arrangeait personne !

 

En fait, tout ce qu’il y avait dans la maison appartenait à eux trois et il ne fallait donc pas qu’un intrus pose ses mains sur un verre ou un cendrier !

 

C’était contraignant et stressant, mais elle adorait ses maîtres, elle leur était toute dévouée et les vénérait à sa manière, ce qu’elle faisait était tout simplement défendre leur territoire de l’intrusion d’étrangers.

TITI mourut à seize ans et demi de vieillesse. ELLE eut beaucoup de peine, LUI aussi et c’est très tristement qu’ils l’enterrèrent dans un coin du jardin, là où poussent chaque année des giroflées, elle adorait la senteur des giroflées.

 

                                                        JULIE

 

 

 

 

 

JULIE fut adoptée à la SPA, à quatre mois, Ils étaient allés la chercher dans un petit refuge de la région parisienne, car ELLE ne supportait plus l’absence de TITI.

Ce fut tout le contraire, deux chattes complètement différentes ! Elle était noire et blanche, le poil assez épais et doux. D’ailleurs, si ELLE devait résumer JULIE, ce serait avec le mot :  douceur ! Très timide, effacée, elle mena une petite vie tranquille, sans bruit, sans beaucoup de jeu, et dès qu’elle entendait une voiture, dès que quelqu’un montait l’escalier de leur immeuble, elle filait en rasant le sol, se camoufler sous la couette du lit. Elle a passé la plus grande partie  de sa vie sous une couette, pour être protégée, pour être tranquille.

 

Quand elle en sortait, c’était pour manger, bien entendu, mais aussi, pour se poser des heures sur les genoux d’ELLE. Elle ne ronronnait presque jamais,  ils avaient l’impression que cette chatte ne faisait que passer en ne voulant déranger personne.

 

Elle est morte d’un cancer de la gorge à onze ans, elle n’a pas souffert, ses maîtres l’ont tout de suite fait endormir. Mais cette mort inattendue, brutale  les avait traumatisés  et…

 

 

 

ZOE

 

 

 

Voilà ZOE ! Nous  devrions l’appeler ATTILA dit-ELLE ! Une véritable bombe, elle ne sait que jouer, jouer, encore jouer, et elle veut absolument entraîner ses maîtres dans ses jeux fous. Trois choses sont très importantes pour elle dans la vie : manger, donc une assiette pleine en permanence ! , Le jeu, et la compagnie de son amour : son maître !

Comme ils ne rajeunissent pas, les maîtres ! Il faut les voir à quatre pattes en train de récupérer sous les meubles, « les baballes », les « petits élastiques », « les feuilles mortes », les boules de papier d’alu, enfin tout ce qui fait que ZOE est épanouie, bien grasse, bien gaie et ses maîtres… exténués !!!

 

Mais bien sûr, ils l’adorent, et ils ont encore de belles aventures à vivre avec ZOE, elle n’a que quatre ans et demi ! Et toujours aussi « folle-dingue » !

 

Voilà ce qu’ELLE a bien voulu nous raconter…LUI ? , Il préfère se taire et lancer la « baballe » le plus loin possible pour gagner du temps… le temps qu’elle lui ramène !

 

ELLE a repris  ce texte  car Zoé a rejoint le  paradis des chats à 18 ans et demi.  Ce fut  des années de bonheur, de complicité qui se sont terminées  par l’euthanasie forcée.  Zoé était au bout du rouleau.
Cela fait deux ans déjà et  ELLE  est en manque. LUI ne veut plus d’animal à la  maison, il souffre trop quand ils s’en vont. C’est vrai bien sûr. Mais  quel grand vide !

                                                                 F I N

commentaires

concours de nouvelles salon du livre des Arts de l'Epine

Publié le 26 Août 2017 par marie chevalier dans mes nouvelles

Cette  nouvelle a eu les félicitations  du jury:

 

 

 

Quel drôle de  passe-temps !

Jessica était très mignonne. Des cheveux châtains souvent nattés, une petite frange coquine sur le front, elle respirait le bonheur de vivre. Eté comme hiver un doux hâle doré lui donnait de jolies couleurs qui faisaient ressortir ses grands yeux bleus. Pas très grande mais très bien proportionnée, les garçons de Noirmoutier d’ailleurs ne s’y trompaient pas et tournaient autour d’elle comme les abeilles autour d’un pot de miel. Quelques-uns parfois la sifflaient d’admiration. Quelle horreur ! Elle se retournait vivement et invariablement leur criait : passez votre chemin bande d’illettrés !

Autant elle les aurait traités de « cons », ils en auraient ri, autant ce mot lâché avec tant de mépris les mettaient dans une colère noire. Alors pour ne pas perdre la face, ils s’éloignaient en jurant qu’elle resterait vieille fille jusqu’à sa mort.

Cela n’empêchait pas Jessica de participer à la vie sociale de Noirmoutier en l’île. Qu’il y ait une course à pieds, elle en était, qu’il y ait un pique-nique avec les enfants dans les dunes, elle y était. Bien intégrée dans ce village où elle avait grandi, elle s’épanouissait comme le mimosa dans les jardins.

Mais c’est surtout chez elle, dans une jolie maison que sa grand-mère lui avait léguée avant de mourir de vieillesse, qu’elle se retrouvait et pouvait enfin se livrer à son passe-temps favori : chanter. Elle chantait tout le temps : en coupant du bois pour l’hiver, en faisant son petit jardin où elle plantait tous les ans ses fameuses bonottes qu’elle disait les meilleures de toute l’île. Il est vrai que même les anciens à qui elle donnait volontiers un ou deux kilos de sa récolte approuvaient et lui demandait son secret. Elle éclatait de rire en répondant qu’elles poussaient dans la joie, que chez elle il n’y avait pas de morosité, que tout était beau et bon.

Les chorales des villes alentour la sollicitaient pour les messes de mariage ou les communions et aussi pour les repas des anciens ; sa jolie voix faisait oublier les tracas et les soucis disaient certains, d’autres beaucoup plus jeunes, surtout ceux qu’elle rabrouait haussaient les épaules en riant la traitant de ringarde. Mais elle n’en avait cure. Peu importe ce que pensaient les autres, elle n’avait pas de comptes à leur rendre.

Un jour qu’elle revenait d’une balade à vélo dans la forêt domaniale de Bois de la Chaise, elle vit un camion devant la porte de ses voisins qui avaient quitté l’île quelques semaines plus tôt. Elle n’avait pas osé leur demander ce qu’ils comptaient faire de leur grande maison, maintenant elle savait. De nouveaux propriétaires aménageaient. En arrivant devant son portail, elle les regarda et les salua. Une femme d’environ quarante- cinq ans très bien habillée, enfin trop bien pour la circonstance, vint vers elle et lui tendit la main : Nous sommes arrivés depuis une heure et impossible de rencontrer quelqu’un, c’est une île déserte ou quoi ?

Jessica n’apprécia pas le ton moqueur de cette intruse, car il s’agissait forcément d’une intruse, cette femme n’était pas noirmoutrine ça s’entendait et se voyait.

—Madame, les gens travaillent ici et nous ne sommes pas figés derrière nos vitres, que vous arrive-t-il ?

— Mon mari a deux mains gauches et doit repartir sur Paris, nous cherchons quelqu’un pour nous aider à tout ranger. Moi-même suis très occupée.

— Je ne sais pas trop quoi vous dire Madame ? Je ne sais même pas votre nom.

— De Laporte, en deux mots s’il vous plait, nous y tenons. Jessica pensa intérieurement que ça commençait fort. Elle se prenait pour qui cette bonne femme ?

— Madame Je suis désolée mais à part Gégé, le fils du gérant de l’hôtel, je ne vois personne, il cherche justement du travail et est prêt à faire n’importe quel petit boulot du moment qu’il est déclaré.

— Mais vous, que faites-vous de vos journées à part du vélo ?

La jeune fille qui d’ordinaire avait la réputation d’une personne calme et tolérante, se retint de l’envoyer vertement sur les roses mais d’un petit air futé lui dit :

— Madame, je peux concevoir que vous êtes énervée, ce qui expliquerait votre ton agressif mais je viens de vous dire que je connaissais un garçon qui cherche du travail.

— J’ai bien compris mais moi je ne veux pas prendre de responsabilités ; imaginez que ce jeune homme soit un voleur voire pire un tueur ou un violeur ?

— Les bras m’en tombent alors dans ce cas démerdez-vous !

Elle qui n’était jamais grossière n’avait pas pu se retenir. Elle tourna le dos, remonta sur son vélo et rentra chez elle furieuse.

Mais qui était cette bonne femme pour juger les gens ainsi ?

Une semaine passa sans qu’elle ait à échanger de nouveau avec « la nouvelle », celle-ci ayant l’air de fuir Noirmoutier en L’Ile. On la rencontrait souvent à St-Jean de Monts ou à Saint Gilles Croix de vie. Elle ne rentrait que le soir très tard dans sa BMW rutilante.

Son mari était parti le soir même avec le camion. Elle était donc seule dans cette grande maison et sûrement ne se souciait plus de ranger comme elle l’avait demandé.

Les autres voisins de Jessica et ses copains de chorale lui demandaient souvent comment se passait leur promiscuité, mais elle était bien incapable de répondre.

Un soir qu’elle était plus fatiguée sans doute, elle s’arrêta devant la grille du jardinet pour reprendre son souffle, elle avait marché trop vite. Elle n’était pas depuis dix secondes adossée au muret que la porte-fenêtre s’ouvrit et madame De Laporte en personne s’approcha. Elle marchait d’un pas lent sur sa petite allée en graviers et le bruit raisonnait dans les oreilles de Jessica qui décidemment ne se sentait pas très bien.

— Vous avez besoin de quelque chose ? Alors au lieu de vous cacher derrière le pilier entrez donc, vous en mourrez d’envie.
Interloquée par le ton badin de la jeune femme, elle ne sut que répondre sinon bafouiller qu’elle n’avait besoin de rien.

— Un petit remontant vous fera le plus grand bien, vous êtes livide.

Il est vrai qu’elle se sentait vraiment mal et finalement suivit Madame De Laporte sans dire un mot.

Arrivée sur le pas de la porte, comme elle hésitait, son hôtesse la poussa brutalement dans le dos et lui dit qu’elle n’avait encore mangé personne !

 Qu’elle ne fut pas sa surprise dès son entrée de voir une grande pièce toute blanche, dans laquelle étaient entreposée une dizaine de chaises, certaines les unes sur les autres, d’autres en rond autour d’une minuscule table basse.

— Ne soyez pas surprise, j’adore les chaises, je les collectionne.

— En effet, mais vous les prenez de n’importe quel style et couleur ?

— Oui, mais ensuite c’est un travail de titan car il faut que je les ponce.

— Vous avez bien du courage !

— Pas vraiment car c’est une passion, redonner de la vie à ces meubles trouvés la plupart du temps dans des brocantes minables, c’est vivifiant. Et puis j’ai un vieux compte à régler avec elles.

— Je veux bien vous croire, mais je suppose qu’il s’agit d’un secret…

— Exactement et je ne vous en dirai pas un mot.

Dubitative, Jessica en avait oublié son malaise dû certainement au fait qu’elle n’avait pas pris le temps de déjeuner ce midi.

 — Vous faites toutes les brocantes ? Ici ? À Noirmoutier ?

— Pas vraiment je préfère aller sur le continent, dit-elle en riant, je vais plus précisément à st Jean de Monts ou à St Gilles Croix de vie car là, je n’ai qu’à les ramasser. Je passe chez les gens, je fais un peu du porte à porte et souvent j’en récupère deux ou trois dans la journée si ce n’est plus.

Elles papotèrent encore amicalement pendant quelques minutes et après avoir bu un verre d’eau, Jessica dit au revoir et rentra chez elle. Elle téléphona à sa meilleure amie Laura comme elle faisait chaque soir et lui raconta son histoire.

Les jours passèrent et on ne voyait toujours pas Monsieur De Laporte. A tel point que la rumeur commença à se faire jour dans la petite ville. Quelqu’un aurait aperçu un homme derrière la vitre du pavillon et qui était-il, puisque c’était certain tout le monde dans la rue l’avait bien vu partir en camion après avoir déposé quelques meubles.

Jo, un ami de la famille de Jessica était comme tous les soirs à la brasserie « La mer veille » pour boire son irremplaçable pastis de 19 heures. Il bavardait avec le serveur quand celui-ci lui dit à voix basse : tu sais quoi ? J’ai l’impression que la bonne femme qui vient d’emménager près de chez Jessica vole des chaises… et ma mère me dit qu’elle croit l’avoir déjà vue quelque part.

— Vole comment ?

— Des clients commencent à jaser. Tu sais qu’ici ce n’est pas rare que les parisiens laissent leurs chaises de jardin sur la terrasse. Eh bien trois ont découvert le lendemain matin que ces dites chaises avaient disparu, et tous les trois habitent dans la Grande Rue. Tu te rends compte ?

— Bon ce n’est pas forcément elle, quelqu’un l’a vue ?

— Non mais je vais te dire quelque chose, ici aussi on laisse facilement les chaises dehors …. Toutes volées ! Et la crêperie « les Embruns » pareil on leur a tout piqué, sauf deux tabourets !

— Et alors ?

— Ben ce qui prouve bien que seules les chaises l’intéressent.

— Tu sais ce que l’on va faire, on va faire le guet. Tous les soirs pendant une semaine, l’un de nous se postera devant chez elle.

— Mais enfin tu délires ! Elle va tout de suite nous repérer.

— Il faudrait peut-être alors en parler à la mairie. 

— Mais on n’en est pas sûrs, on dit que, mais tu sais les ragots vont vite.

— Oh et puis zut, ils n’ont qu’à porter plainte pour vol dit Jo en demandant un second pastis.

Il n’empêche que dans le café plusieurs personnes avaient entendu la conversation et cela se répandit comme une trainée de poudre : Madame De Laporte volait des chaises et devait être dénoncée.

Plusieurs jours passèrent et un matin …

Jessica passa devant le jardin de sa voisine et freina. Elle mit son vélo sur la béquille et s’avança pour regarder de plus près. Une centaine de chaises étaient installées sur plusieurs rangs et portaient toutes un nom sur le dossier. Elle en reconnut quelques-uns : la boulangère, le boucher, l’hôtel et d’autres qu’elle n’arrivait pas à lire.

Elle ne savait plus quoi faire et prit la décision d’en parler quand même à la mairie. Ce n’était pas normal. D’un côté des gens se plaignaient qu’on leur volait depuis quelque temps des chaises et voilà que dans ce jardin il y en avait au moins une centaine. Madame De Laporte lui avait dit qu’elle les achetait dans les brocantes, elle avait donc menti ?

Elle allait partir quand la porte s’ouvrit et que la propriétaire lui fit signe de rentrer. Elle hésitait, cette bonne femme lui faisait peur tout à coup. Ce n’était pas normal cette passion pour les chaises.

— Jessica, je sais ce que disent les habitants de Noirmoutier en l’île sur moi. Mais ce sont des gens bien et s’ils disent que je suis une voleuse, c’est sans doute vrai. Mais j’ai un souci je ne me souviens de rien.

— Mais vous avez quand même mis le nom des possesseurs de ces chaises sur le dossier !

— Non ce n’est pas moi, ou alors quand je dors ? Je suis somnambule et je fais souvent des trucs oui des trucs dont je ne me souviens pas le lendemain. D’ailleurs à ce propos savez-vous qui a disposé toutes ces chaises ici chez moi ?

Jessica ne répondit pas. Elle essayait de garder son calme et se disait que finalement cette femme devait tout simplement être folle. Il faudrait voir avec la mairie ce que l’on peut faire.

— Je vous laisse Madame De Laporte, j’ai du travail, mais votre mari devrait pouvoir vous aider mieux que moi.

— Je n’ai pas de mari.

— Mais le monsieur qui est parti le soir de votre emménagement.

— C’était mon tuteur. Oui je suis sous tutelle car je vole des chaises. Cela date de mon enfance parait-il, quand j’étais assise sur le banc dans notre cuisine, au réfectoire du collège ou même à l’église. D’ailleurs c’était à l’église de Noirmoutier en l’ile. C’est pour cela que j’ai demandé à revenir y faire un court séjour, je pensais que cela allait me faire du bien et calmer mon obsession, il semble que ce soit raté.

Jessica de plus en plus mal à l’aise ne savait plus comment gérer cette situation. Elle proposa de l’aider à rendre toutes ces chaises à leur propriétaire.
— Je pourrais demander à votre tuteur, mais vous dites que vous habitiez ici, vous y êtes née ?

— Bien sûr, les gens ne me reconnaissent pas ou font semblant mais j’ai vécu dix- huit ans ici dans la Grande Rue.

— Et pourquoi en êtes-vous partie sans indiscrétion ?

— Parce que j’ai volé la chaise du curé.

— Ce n’était pas bien grave quand même…

— Non mais avec cette chaise je l’ai assommé et lui ai volé toutes les autres chaises de la maison. Cela a fait toute une histoire et mes parents m’ont placée ….. Jusqu’à ma majorité.

Les anciens de Noirmoutier en l’Ile connaissaient cette histoire de curé assommé mais ce qu’ils ignoraient c’est qu’elle était revenue se venger des noirmoutrins en leur volant leurs chaises, en se faisant passer pour une parisienne de souche : Madame De Laporte. En fait elle s’appelait Josiane Bélachet et son père, un brave homme était pécheur. Sa mère était morte d’une crise cardiaque en tombant d’une chaise alors qu’elle faisait les carreaux de la cuisine.

Cette histoire de chaise avait complètement perturbé la gamine et elle s’était mise à faire une fixation. Le père l’avait effectivement mise à l’abri dans un pensionnat à Paris, car il ne pouvait plus s’en occuper seul. Une de ses tantes lui achetait des vêtements et la prenait une fois de temps en temps dans son minuscule logement au quatrième étage sans ascenseur.

Beaucoup se souvenait de cette petite, cela avait fait parler dans les chaumières. Forcément une famille maudite, la gamine se vengeait en volant des chaises. Si encore elle les avait brulées au rond-point de la rue Marie Lemonnier dit la boulangère en riant, cela aurait fait de l’animation, Mais personne n’avait envie de rire.

Jessica eut pitié de cette pauvre femme et l’aida à remettre tout en place. Les chaises furent rendues à leur propriétaire. Grace à la camionnette de Jo.

Celui-ci l’avait ensuite raccompagnée jusqu’à St Gilles où l’attendait son tuteur.

Personne n’en parla plus, mais quand même il leur arrivait parfois en passant devant la maison en vente de murmurer : quelle drôle d’histoire quand même, cette pauvre Josiane et ses chaises !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

La vie passe

Publié le 28 Juillet 2017 par marie chevalier dans mes poèmes

 

La vie passe

 

Autrefois  j’aimais rire

Autrefois  je n’aimais pas le vin

Maintenant j’aime sourire

Et j’aime aussi le bon vin

La vie passe et change

La vie passe et nous change

Ce que nous croyions

Notre amour du bien,

Notre  haine du mal,

S’emmêlent parfois

Pour ne faire qu’un

La  haine du mauvais

Nous tenaille toujours autant

Mais le bien n’est plus

‑Ou peut-être a-t-il cessé ?­-

D’être notre priorité.

Autrefois j’aimais rire

Aujourd’hui ne pas pleurer

Est déjà un exploit.

La vie passe et tout change.

commentaires

mes romans en format poche

Publié le 28 Juin 2017 par marie chevalier dans mes romans

 

 

 

 

 

 

Bonjour,

Je viens  vous  informer que  mes  neufs romans  qui étaient sous la forme  « broché » sont  maintenant en vente  en format  « poche ».

Ils sont visibles sur mes blogs :

http://mariechevalier.over-blog.fr

http://marieetsesecrits.eklablog.com/

Ils sont en vente sur  Lulu. Com

http://www.lulu.com/spotlight/marieded (il vous suffit de mettre le nom du roman ou recueil dans “rechercher” )

Et bientôt sur Amazon.  Je vous  mets  ma page (plus facile  pour  trouver) :

https://www.amazon.fr/-/e/B009T4SLHW

Bien sûr vous pouvez aussi les commander directement, je me ferai un plaisir de vous les envoyer dédicacés su vous le souhaitez.

Je vous en remercie.

Marie Chevalier

commentaires

défi 189 croqueurs de mots Fiction ou réalité?

Publié le 26 Juin 2017 par marie chevalier

 

(photo wikipedia)

 

Défi 189 :croqueurs de mots :

Fiction ou réalité ?

« La vie c’est comme une pièce de théâtre … » Parce que ….“Il y a dans les planches une beauté qui permet à tous, initiés ou non, d’entrer en contact avec différents univers.”

Avec un mot à caser : Voyage

 

Qu’elle était belle !

Je la trouvais belle, si belle ! Dansant devant le grand miroir. C’était là que tous les soirs une fois sa journée terminée, elle venait se mirer et s’aimer. Je m’évade, je pars en voyage ! Je ne suis  plus moi mais une artiste, une diva, me disait-elle en riant aux éclats.

Comme la vie  m’a gâtée ! Tu ne trouves  pas ?

Je  ne répondais rien. Je la regardais virevolter et l’espace d’une seconde du moins  le temps d’une valse, elle était Isadora, elle était un ange.

Pourquoi troubler ce grain de folie  en lui disant que j’avais faim et que j’aimerais bien  qu’elle descende de son nuage pour me  préparer mon repas.

Car  le rêve c’est très beau,  mais des croquettes  avec un peu d’eau me font, moi aussi m’envoler dans mes rêves quand repu, je  m’assoupis en boule,  pendant qu’elle boude et  m’en veux d’avoir stoppé son envolée.

 

 

commentaires

défi 187 croqueurs de mots (votre réaction...

Publié le 29 Mai 2017 par marie chevalier dans défis cdm

 

Florence a découvert une photographe croate Lana Mesic…Elle a regardé avec délice ses oeuvres,

notamment une tour réalisée avec 15 000 pièces de 2 pences : la Penny Tower

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/files/2017/05/penny-tower.jpg

Et là, elle tombe sur une histoire pas banale…qu’elle s’empresse de raconter !

Lorsque Lana Mesic a terminé la Penny Tower, elle se demande quoi faire des 15 000 pièces de 2 pences.

Elle pourrait les ramener chez elle…mais avec son ami Jamahl McMurran, ils ont une autre idée : laisser les pièces en tas, sur le bord d’un canal à Londres, et enregistrer ce qui se produira ! Aussitôt pensé, aussitôt fait !

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/files/2017/05/tas-de-penny-259x300.jpg

Pour ce défi Florence nous demande quelle aurait été notre réaction ?

 

Elise et Elodie  se promènent le long d’un canal…

 

- C’est quoi ce tas de trucs jaunes ? Les pièces de Bernadette ?

- Et alors elle les a perdues ? 

- Non je ne  pense pas  mais  ils testent  pour savoir ce que l’on va faire 

- Faire de quoi ? 

- Ben de toutes ces pièces !

- Moi perso je n’ai pas de sac  et  mes poches  sont  petites  sinon je ne dis pas  deux trois pour me  payer un café.

- Laisse,  les sdf  vont bien les ramasser… 

- Que veux-tu dire que ce sont des voleurs ?  tu paries qu’aucun sdf  ne prendra  une  pièce mais  par contre qu’un type bon chic  bon genre  regardera de droite à gauche et  négligemment  ouvrira son attaché -case ? 

- Non tu plaisantes ! Quoique regarde celui- là, il descend de sa voiture il regarde  partout et  il se penche !

 - Ah  le malin il en met dans toutes ses  poches !!!

- Cela dit  on ne va  pas attendre qu’elles disparaissent toutes hein ? 

- Non tu penses à quoi ? 

- Mes sacoches de vélo

- Mais c’est un vélib !

-  Et alors ? 

-Va acheter un truc  à Carrefour  ils vont te donner un sac et hop

- Franchement tu ferais ça ? 

- Quoi donc ? 

- Voler cet argent ? 

- Voler voler ! Que crois- tu que feront  les gens qui passeront sur ce trottoir ? 

- Tu as raison.

- Remplissons tes sacoches de  vélib.

- Mais  non idiote  il n’y a  pas de sacoches  je rigolais 

- Bon alors  on fait quoi ? 

- On laisse et on s’en va  il pue cet argent 

- Quelqu’un a du  s’en débarrasser  alors laisse

 - Tu as raison mais  quand  même 

- Allez,  je te  paie une glace  prends quelques pièces, il ne faut pas  être trop bonnes quand  même !

- Combien ?

- Ce que tu peux  mettre dans ta capuche de  parka !

- Ah  ça fait quand  même  pas mal !

- Ben oui mais tu sais  ce n’est que de  la  petite  monnaie !!!

 

commentaires

défi 186 cdm: la tête ailleurs

Publié le 15 Mai 2017 par marie chevalier dans croqueurs de mots

Défi 186 croqueurs de mots

Thème : La tête ailleurs

Pas vraiment là.

 

— Michèle, voulez-vous prendre pour époux Alain….

Michèle ne répondit pas. Le maire répéta sa question rituelle plusieurs fois, agacé et les invités, peu nombreux il est vrai, commençaient à murmurer doucement : Alors ? Réponds !

La future mariée en petit tailleur élégant d’un joli mauve pâle qui lui allait très bien regardait fixement le cadre au mur où trônait la photo du président de la République.

— Michèle ! Il faut vous décider !

Alain regardait sa fiancée et devenait de plus en plus pâle. Pourquoi restait-elle figée ainsi sans répondre ?

Il lui prit le bras, le serra un peu mais Michèle statufiée ne bougeait toujours pas.

Ô ! Comme elle était loin de cette salle sinistre dans cette mairie impersonnelle du 13ème arrondissement, c’est là qu’avait voulu se marier Alain. Ses parents y demeuraient depuis toujours.

Elle se revoyait courant et riant dans les blés mûrs poursuivie par Manuel. Quand il la rattrapait enfin, il la soulevait de terre et la faisait tournoyer. Sa jupe ample se gonflait sous le vent. Ils étaient si amoureux et si heureux !

Et puis, il dût quitter le village, il n’avait fait que passer pour faire les moissons et gagner un peu d’argent pour se payer ses études de médecine. Ses parents n’en avaient pas les moyens et habitaient en Espagne. C’est là-bas qu’il était reparti la laissant seule et enceinte. Pour rien au monde, elle ne se serait débarrassée de ce bébé, malgré les conseils de ses proches.

Alain, son ami d’enfance au courant de tout l’avait demandée en mariage pour régulariser. Il était si gentil et puis il ne lui faisait aucun reproche, allant même lui proposer de reconnaitre le bébé.

Et les voilà donc tous les deux dans cette mairie, lui malade d’anxiété et elle ….

— Nous ne pouvons plus attendre Michèle, il faut vous décider. Votre attitude est puérile.

Michèle redescendit sur terre, les yeux plein de larmes. Elle murmura un oui inaudible que le maire lui fit répéter.

Elle se tourna vers Alain et confuse s’excusa.

J’avais la tête ailleurs, dit-elle en se tournant vers les invités….

 

commentaires

défi 185 "croqueurs de mots)

Publié le 1 Mai 2017 par marie chevalier dans défis croqueurs de mots

Fanfan vous propose de vous inspirer d’une de ces deux images

pour composer un poème dont les vers FINISSENT par des mots imposés .

Vous pouvez utiliser ces mots dans n’importe quel ordre,

les utiliser tous on n’écrire que 4 vers … c’est vous qui voyez, selon votre inspiration ….

Voici les images :

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/files/2017/04/D%C3%A9fi-Fanfan-1.jpg

http://croqueursdemots.apln-blog.fr/files/2017/04/D%C3%A9fi-Fanfan.jpg

Les fins de vers imposées :

Lascar(s), andouille, zigouille, avatar, malabar, magouille, sonar, Zanzibar, coaltar, chatouille, dollar,

Quenouille

 

J’ai choisi la seconde photo :

 

Le frimeur :

Humm ! Jolie demoiselle, que tenez-vous à la main ? Une quenouille ?

Non mon ami, il s’agit d’une gnole ramenée de Zanzibar

Si loin ? Vous plaisantez, oh mais ça sent la  magouille !

Comme vous voudrez gros malabar

Je vais pour quelques dollars

La vendre à des lascars

Qui sauront la trouver sans sonar !

Croyez-moi tête d’avatar !

Sur ce, elle partit sans même une chatouille

Cà apprendra à  l’apprenti sportif à faire l’andouille !

 

commentaires

défi 184 croqueurs de mots

Publié le 17 Avril 2017 par marie chevalier dans défis croqueurs de mots

 

Je vais citer ci-dessous 8 premières phrases de livres (incipit)

et 8 dernières phrases (explicit).

Le défi du lundi consistera à choisir un début

et une fin de roman et d’écrire l’histoire (en prose ou en vers)

pour lier le début à la fin

DEBUTS DE ROMAN

« Bon, c’est parti« .

David Lodge – Thérapie

« Je ne sais pas trop par où commencer« .

Philippe Claudel – Les âmes grises

« C’est fini« .

Romain Gary – La promesse de l’aube.

« La situation manquait cruellement d’excitation« .

Maxime Chattam / la patience du diable

« Ils ont peur déjà, le désordre vient si vite« .

Judith Perrignon / Victor Hugo vient de mourir

« Je n’ai jamais été un homme violent« .

Pierre Lemaître / Cadres noir

« Alors qu’il avance d’un pas décidé dans le couloir de la station

Les Sablons à Neuilly, Vincent entend le métro approcher« .

Jacques Expert – Tu me plais

« La sonorité métallique du téléphone brise l’écho obstiné

mais monotone de la pluie qui tambourine sur le toit« .

Patricia Cornwell – Traînée de poudre

FINS DE ROMAN

« La vie, voyez-vous, ça n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit. »

Guy de Maupassant – Une vie

« – Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
– J’ai vieilli. »

Zazie dans le métro – Louis Pergaud

« Cela peut arriver à n’importe qui. »

Petits regrets et grands mensonges. Liane Moriarty

« Car c’est la suite de l’histoire qui importait.

Et ils étaient d’accord pour l’écrire ensemble. »

Guillaume Musso – l’instant présent

« Je peux attendre pensa-t’il aussi longtemps qu’il le faudra. »

Le bleu de tes yeux – Mary Higgins Clark

« Quels gredins que les honnêtes gens ! »

Emile Zola, ‘Le ventre de Paris

« Allez-y voir vous-même, si vous ne voulez pas me croire. »

Lautréamont, ‘Les chants de Maldoror’

« Rira bien qui rira le dernier. »

Denis Diderot, ‘Le neveu de Rameau’

 

Pauvre Baronne !

 

Je ne sais trop par où commencer. Il était exactement  neuf heures du soir et Laurent, mon fils n’était pas rentré. Il faut dire qu’il avait un sale boulot : vigile dans une grande surface et ce depuis trois mois. Il ne s’habituait pas à ce nouveau job. Lui si doux, si respectueux, si enclin trop souvent d’ailleurs, à pardonner devait se montrer dur et intraitable et à poursuivre dans tout le magasin un gosse ou un SDF qui avait « volé » un paquet de chips  par exemple.

Ce n’était pas dans sa nature et quand il était obligé( les caméras ne l’épargnant pas) d’arrêter un gamin et de lui demander de le suivre sans faire d’histoires, il rentrait malade, sans entrain, fatigué. Il ne voulait pas m’expliquer mais je le connaissais et je savais bien que ça ne  pouvait pas durer comme ça  très longtemps. Il allait y laisser sa santé.

Un soir, pourtant, il se mit à siffloter. Je lui demandai la raison de sa bonne humeur et vous savez ce qu’il me répondit ?

« J’ai arrêté une dame bon chic bon genre qui avait chapardé une cassette vidéo. »

Et ça le faisait rire ?  je ne comprenais plus rien quand il m’expliqua qu’il s’agissait de la baronne de  la Norman. J’éclatai de rire moi aussi. Quelle jouissance pour ce brave homme qui était mon fils, de  prendre en flagrant délit cette  peau de vache qui avait appelé  la  police quand il était gamin parce qu’il lui avait pris une  pomme directement sur l’arbre !

Quand elle fut reçue avec toute la déférence due à son rang dans le petit local attenant au bureau de la direction, elle se mit à pleurer.

 Le directeur gêné en voulait à Laurent d’avoir fait « ça » à la Baronne et affirma à celle-ci qu’il s’agissait d’une méprise et  du zèle d’un employé.

Et elle, d’un geste large répondit : rien de grave ne vous inquiétez pas je ne  porterai pas plainte, cela peut arriver à n’importe qui.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>