Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

Pour ce défi 258 , Laura nous propose de parler de l’Avent,

cette « période de préparation au Noël chrétien .

Peu importe que vous soyez croyant, pratiquant ou aucun des deux,

il s’agit ici de culture judéo-chrétienne qui est (un peu)la nôtre parmi d’autres.

Pas de Père NOEL, de bûche, ni de galette ici mais les mots:

divin, crèche, santons, couronne, violet, messe, minuit, cierge, ange.

 

Petits plaisirs

 

Je sais qu’il existe une période de l’année qui s’appelle l’Avent. Je n’en ai aucune notion, ayant été élevée dans une famille qui ne pratiquait absolument aucune tradition de quelque nature qu’elle soit mais particulièrement celles qui avaient une connotation avec la religion. J’ai dû aller deux fois à la messe par respect pour la famille de défunts proches et n’y ai rien trouvé de divin.

Tous les ans, la voisine, très pieuse venait nous chercher pour que nous allions, ma sœur et moi admirer la crèche que ses enfants avaient confectionnée. Elle en profitait pour médire sur mes parents qui n’avaient pas le droit de nous laisser grandir comme des mécréants.  En revanche, elle en profitait pour nous préparer une boisson chaude faite à base de miel et d’orange, un délice et un gout divin !

Sa crèche était banale, on en voyait partout dans les vitrines des grands magasins mais la différence était qu’elle confectionnait elle-même les santons. Ils étaient magnifiques, je dois l’admettre. Sur le côté elle y installait plusieurs cierges qui brulaient jusqu’à minuit, jusqu’au jour où le « divin » enfant allait naître.  C’est ainsi qu’elle le nommait.

Pendant cette période de l’Avent, elle venait souvent à la maison. Cela mettait mon père en colère car il l’accusait de vouloir nous convertir à ses bondieuseries. N’empèche que ma sœur et moi étions attentives et quand elle nous racontait que Noël était suivi par la galette des rois et que celui ou celle qui trouvait la fève avant droit à une couronne, nous étions très fâchées contre nos parents qui ne nous en faisaient jamais.

Enfin, quand arrivait Noël et que nous étions malgré tout scotchées devant la télévision qui ne parlait que de cela, nos parents craquaient et nous avaient quand même acheté des cadeaux. Nous pouvions donc en parler le lendemain avec les copines comme toutes les autres. Elles étaient allées à la messe de minuit et c’était l’évêque revêtu de sa chasuble violette qui avait fait l’office. Il parait qu’il s’était adressé aux enfants présents en les appelant « les petits anges de Dieu »

 Ma meilleure amie qui était toujours excessive dans ses propos avait même ajouté un jour : ce que nous dit l’évêque est divin !

En tout cas, cette période reste un bon souvenir même si nous la vivions par procuration.

 

Commenter cet article
L
l'avent malgré tout
Répondre
A
Vous partagiez quand même à votre manière, cette tradition séculaire de la nuit de Noël. On peut difficilement échapper à la culture de son pays. Elle vous imprègne. Le fait de croire ou non importe peu. Bises
Répondre
M
tout à fait d'accord Anne bonne soirée
J
Un bien beau texte Marie. La voisine vous faisait partager son temps de l'avent mais elle n'en avait pas tout compris car "médire" n'est pas très ... "chrétien". Les enfants ont besoin de rêve et de féérie. Les contraintes de la pandémie et la crise climatique se font sentir dans les lieux que je fréquente avec plus de sobriété dans les vitrines par exemple. Je ne sais pas si c'est vrai partout. Des enfants croulent sous bien trop de cadeaux, d'autres avec leurs parents en fuite se heurtent à des barbelés aux frontières.<br /> Le Jésus de la Noël, s'il a transmis son message d'amour, doit en être consterné ! bises
Répondre
M
oui Jeanne la vie est compliquée bises à toi
C
Bonjour Marie,<br /> Tu gardes tout de même de bons souvenirs reliés à cet événement. Que la dame en profitait pour médire sur vos parents, là, ce n'était pas vraiment gentil de sa part, hélas. <br /> Le tout est très bien raconté,<br /> Bisous♥
Répondre
M
merci Colette bisous
P
très beau texte. Bisous
Répondre
M
merci Patricia d'autant que tu ne passes pas souvent. j'apprécie bisous
S
Très bon moment de vie que j'ai vécu tout comme toi. Belle écriture où tu as pu insérer tous les mots demandés tout en rendant ce texte très vivant. Bravo Marie!
Répondre
M
merci Sapho souvenirs en vrac forcément lol bisous
Z
Ah Marie ! Je constate que tu as échappé également aux traditions judéo-chrétiennes de l'Avent.<br /> Ce qui ne m'a pas empêché d'adorer aussi cette période d'attente de Noël. Nous avions Jules, le petit chat du père Noël qui venait nous écouter, le soir, près du conduit de la cheminée. Alors, nous lui affirmions, (même si cela n'avait pas été toujours le cas), que nous avions été sages comme des images, et qu'il fallait que le père Noë nous apporte ce que nous avions commandé dans nos lettres. Certaine qu'ils les avaient reçues, elles avaient été postées par notre papa à son adresse : rue des Saints innocents à Paris.<br /> Bises et bon début de semaine - Zaza
Répondre
M
oui Zaza qu'on le veuille ou non ce sont des fêtes qui marquent les enfants et c'est tant mieux il ne reste pas grand chose dans notre société pour les émerveiller bisous

Articles récents

Hébergé par Overblog