Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par marie chevalier
Publié dans : #défis croqueurs de mots

 

Fanfan nous propose donc de  dire ce que nous inspirent ces chaises (En espérant qu’elles nous inspirent)

Pourquoi sont-elles là ? Que font-elles là ? Qu’attendent-elles ? Qu’ont-elles vu ? Etc … Et pour corser le tout, elle  nous demande juste de glisser deux fois le mot « chocolat » dans votre texte en vers ou en prose.

 

 

 

Souvenirs

J’avais enfilé  mes bottes fourrées, mis mon bonnet tricoté mains  sur mes oreilles et ma grosse doudoune  matelassée gris perle. Depuis que j’étais seule, je  me faisais une  règle de conduite très stricte : aller  me promener dans le village quel que soit le temps.  Et bien aujourd’hui, j’avais gagné, après  une averse de neige ayant tout recouvert  le soleil était revenu et c’était vraiment  agréable.

Dans  ma poche droite près de  mon téléphone  portable je prenais  toujours  deux ou trois carrés de chocolat.  Je faisais de  l’hypoglycémie et parfois  j’avais comme un malaise. Vite,  je croquais et  je repartais ragaillardie.

 Mes  pas, encore une fois  me  portaient vers le bout du village, juste avant le cimetière, où je ne  mettais plus les pieds depuis  longtemps. Je n’avais personne  à visiter, mon défunt mari s’était  envolé dans le ciel d’Afrique  et même son urne était restée là-bas dans sa famille.  Je m’en fichais.  Nous étions  plus  ou moins séparés et moi j’étais orpheline.

Souvent  je retrouvais lors de  mes  petites balades deux  dames veuves elles aussi mais  qui allaient arroser  le  pauvre thuya  nain au pied de la  tombe de  leurs maris et  nous nous asseyions  sur  les trois chaises  près du mur de la dernière maison inhabitée juste avant le cimetière.

 Charmante idée d’ailleurs, cela  permettait aux souffrances de  se reposer avant d’aller  s’extérioriser devant  une dalle de ciment.  On se racontait  tout. Trois femmes du même âge, la bonne cinquantaine pimpante. On y allait de nos  histoires de  cœur, de nos aventures, car  nous n’avions  pas cessé d’exister  après la disparition de nos  conjoints, nous étions trop jeunes  pour renoncer à la vie. Parfois nous  éclations de rire mais tout de suite  on mettait un doigt sur la  bouche : chut  ne réveillons  pas les morts  ça porte  malheur et on riait de plus belle. 

Aujourd’hui, je passe devant ces chaises recouvertes de neige  qui semblent nous attendre. Hélas  Corinne et Valérie sont  parties  rejoindre leurs enfants dans  le midi et je reste seule.  S’il n’y avait pas cette  neige, je  m’assiérais  comme  je le fais encore souvent en me  promenant. Je repense  à ces amies qui ne rajeunissent pas non plus.  Si elles  me voyaient soufflant comme  un boeuf  d’avoir grimpé  la  petite côte, elles riraient  je les entends ! Comme c’est bon de les entendre  rire, même  si c’est seulement dans ma  tête.

Je n’ai pas envie  de mouiller mes gants alors  je passe mon chemin et je  prends  un petit carré de chocolat  pour  me faire une  petite douceur.  Comme c’est loin tout ça ! on ne devrait jamais refaire la route de nos souvenirs  à l’envers ! Ça rend triste…

 

 

 

Commenter cet article
J
une tristesse tintée d'un bon rire. Merveilleux ce texte qui raconte si bien la vie la mort le temps, le bon temps, la solitude, la solitude acceptée malgré tout ...<br /> pas du tout en avance pour les visites aux croqueurs et aux blogueurs ou blogueuses comme tu le vois.<br /> J'en profite pour te souhaiter la meilleure année possible avec ces petits carrés de chocolat douceur sur les chemins de la vie.<br /> bises et belle fin de semaine
Répondre
M
merci Jeanne de ta visite et à toi aussi je te souhaite tout le bonheur possible et la santé bises
P
je viens de lire ton dernier défi.<br /> <br /> Bravo, j’adoreeeeeeeeee car je retrouve tout ce que j’aime, la neige, le chocolat, j’adore enfin Alex et moi aimons visiter les cimetières..<br /> marcher dans la neige, que du bonheur.<br /> <br /> mille bravos ma grande, cela m’ a fait rêver.<br /> ok, ce sont des veuves, mais je l'ai lu comme si ces femmes , cette femme était madame tout le monde.
Répondre
M
merci Patricia, très beau commentaire ! bisous
M
eh oui parfois il suffit de trois chaises ! merci de ta visite bon après midi !
Répondre
J
3 chaises toutes seules et les amies au loin... un brin nostalgiques tous les souvenirs
Répondre
J
Une promenade qui donnent aux souvenirs un goût de nostalgie, j'aime beaucoup ton texte .<br /> Bravo .<br /> Bonne fin de journée <br /> Bises
Répondre
M
merci à toi bonne fin de journée
S
Avec les souvenirs , on peut en faire tout un roman mais aussi mettre un frein à sa solitude en pensant aux bons moments du passé !<br /> Parfois douce-amère ces pensées solitaires car derrière le "je m'en fiche", il y a une douleur intérieure à laquelle on voudrait échapper! Bravo Marie !
Répondre
M
merci Sapho de ta visite bisous
A
Souvenirs souvenirs quand vous nous envahissez, un bon carré de chocolat fait du bien pour se remonter le moral !
Répondre
M
oui ABC heureusement qu'il y a le chocolat lol bises
J
Ah les veuves joyeuses... ,-) Parfois la nostalgie nous surprend dans des moments de solitude et le temps qui passe n'arrange pas les choses, mais bon demain est un autre jour ! Bises
Répondre
M
tout à fait Jill un bout de chocolat et hop ça repart ! en tous cas merci de ta visite bises

Articles récents

Hébergé par Overblog