Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Histoires partagées

Publié le 4 Janvier 2017 par marie chevalier in mes nouvelles

 

 

 

Dans ce treizième recueil on trouve bien sûr des nouvelles mais aussi des textes écrits à partir de thème donné. Nous sommes quelques-uns à « jouer » et c’est avec plaisir que je vous fais partager.

Ce recueil naturellement a été édité par mes soins et se trouve en vente sur ma page Lulu.com mais aussi auprès de moi par mail ou sur mon blog.

http://marieetsesecrits.eklablog.com/

D’ici quelques jours vous pourrez également le trouver sur amazon.

https://www.amazon.fr/-/e/B009T4SLHW

Il existe également en e-book sur Lulu.

http://www.lulu.com/spotlight/marieded

 

Extraits :

De : Cauchemar prémonitoire ?

« ….Nous avions décidé de profiter de la voiture de Daniel, un vieux de trente ans pour aller au cinéma à la petite ville à six kilomètres.

Bien enveloppées dans nos doudounes, le foulard trois fois autour du coup, le bonnet sur la tête, on partait pour la conquête de l’Alaska. C’est cet abruti de Jean-Marie qui nous posa la question quand on arriva au feu rouge en même temps que lui et sa petite moto rouge vif ailerons pointus et poussée à fond dans les descentes. … »

 De : La peur au ventre

« …Elle essayait de se reposer dans l’ombre de sa chambre quand soudain elle fut réveillée par des cris, des coups de fusil. Elle ouvrit rapidement la fenêtre affolée et baissa les bras anéantie.

Ses jumeaux portant chacun une poule ou un coq dans les bras couraient devant le fermier du bout de la rue qui les poursuivait en tirant en l’air. Toute la rue était sur le pas de la porte… »

 

De : Mon vieux curé :

« … Et là, mon vieux curé qui lui, approchait au moins de quatre –vingt- dix ans, se retourna vers les clients qui faisaient la queue, et leur dit :

— Figurez-vous que cette jeune femme bien mise, m’a pissé dessus quand je l’ai baptisée et pire un jour de préparation à la communion, elle s’est isolée dans le confessionnal et a fait ses besoins.

 Quand elle en est ressortie, elle s’est sauvée et n’a jamais voulu avouer que c’était elle…. »

De : Lettre ouverte

« …Est-ce ma faute si je n’ai pas été capable d’avoir d’enfant ? Cela m’a assez été reproché dans le temps, j’étais presque un OVNI ! Une femme qui ne peut pas avoir d’enfants n’est pas une vraie femme, voilà la messe était dite… »

 

Le paresseux

 

Il n’avait jamais travaillé. Au début sa famille, ses frères, ses sœurs, ses parents même lui trouvaient des excuses.

De santé fragile il est vrai, sa vie n’avait pas été facile dans sa petite enfance.

De médecin en psychiatre, malgré la lutte acharnée contre cette léthargie, rien n’y faisait.

Des vitamines, des cours de yoga, rien. Rien ne le faisait se bouger. Se lever semblait vraiment une opération extrêmement difficile.

Quand il eut quinze ans, ses parents fatigués commencèrent à le bousculer. Ils n’en pouvaient plus de cette mollesse. : bouge- toi, Nom de Dieu ! S’énervait le père. Je ne suis pas ta bonne fais ton lit au moins et range ton linge hurlait sa mère qui craquait elle aussi.

Tu pourrais sortir ton bol, mettre la table, nous aider, lui demandaient gentiment ses deux sœurs.
Quand ils entendaient sa voix c’était toujours la même phrase : mais pas de panique, y a pas mort d’homme...

Cette phrase avant le don de mettre toute la famille en rage : en plus il se fiche de nous ce petit con !hurlait un de ses frères !

Rien ne l’intéressait. Pourtant tous ses amis du collège voulaient l’entrainer au foot ou faire du vélo ou même aller au cinéma. : Je n’ai pas envie, je suis fatigué.

Et un jour enfin alors qu’il trainait au lit et que sa grande sœur venait de le gifler en le traitant de parasite et de gros fainéant, il se leva, bailla, mais se recoucha en la regardant en souriant et lui dit :

Pauvre frangine tu ne te rends pas compte que tu sembles née que pour te tuer au boulot. Regarde-moi, tranquille, je ne fais rien mais on me donne quand même un toit et une assiette. Sa sœur sortit de la chambre en hurlant : tu sais que tu n’es qu’un paresseux, tu devrais avoir honte !

Il ricana et murmura : eh bien ! Il vous en a fallu du temps pour vous en rendre compte !

Il se tourna vers le mur mit son oreiller sur sa tête et ronronnant de plaisir il se rendormit.

 

 

 

Commenter cet article

Babou Nette 26/01/2017 13:12

Voilà, je viens de terminer le recueil de notre 'Tite Marie ! Wink

Arrivée à la fin, j'étais triste qu'elle n'ait pas choisi d'écrire un livre plus long ! Wink Ces 172 pages ont défilé à la vitesse de l'éclair ! Wink

Comme toujours, Marie nous parle de la vie, des choses du quotidien avec le style que nous lui connaissons et que j'adore, pour ma part ! Wink
Là où elle m'a cueillie par surprise, contrairement aux premiers recueils que j'avais lus, c'est que l'on y trouve des histoires toutes mignonnettes et pleine de tendresse ! Wink J'aime aussi beaucoup cette facette de notre facétieuse Marie ! I love you Wink
Il y a aussi, bien évidemment dans ce recueil, des nouvelles avec des chutes-uppercut, comme elle seule sait les écrire. je pense par exemple à "Justice est faite" ou "Une boue verte" ou "le dernier bain de Loana" ou encore "Un oubli" ...
Bref, vous l'aurez compris, le livre de Marie est un petit bijou que je vous conseille ! Wink

Je me suis régalée du premier mot jusqu'au point final ! Merci, Marie !!! cheers

A quand le prochain ??? Rolling Eyes Wink

Marie Chevalier 26/01/2017 14:00

Comme tu es gentille Babou Nette et j'apprécie vraiment ton ressenti
ma passion va effectivement plus vers les nouvelles que les romans , peut-être que c'est une façon de dire les choses plus vite? bisous à toi