Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Marguerite ou le pot perdu

Publié le 22 Juin 2015 par marie chevalier in mes romans

Marguerite ou le pot perdu

Je suis heureuse de vous annoncer la sortie en autoédition de mon huitième roman :

Vous pouvez le trouver sur ma page focus de Lulu.com

http://www.lulu.com/spotlight/marieded

ou me le demander directement par mail: dedmarie@orange.fr

Merci à vous

Marguerite ou le pot perdu

ISBN : 9781326319274

Copyright : Licence de droit d'auteur standard

Éditeur : Marie Chevalier

Publié 21 juin 2015

Prix : 12 euros

4 ème de couverture

Une famille ordinaire, une jolie maison spacieuse dans un petit bourg du Loiret et l’histoire commence.

Nicolas, 30 ans, qui n’arrive pas vraiment à s’assumer et vit encore avec ses parents.

Thierry, patron d’une petite société, un peu volage, souvent en déplacements pour affaires et plus …

Cathy, la mère au foyer, gentille mais qui un jour en a assez de cette vie monotone.

Jean, l’oncle de Thierry, quincailler, qui fut autrefois amoureux de Cathy.

Et bien sûr, Marguerite, la mère de Thierry qui vit avec le couple et dont Cathy prend soin.

Et puis un jour tout cet édifice s’effondre. Personne n’en sortira indemne.

Extrait 1

… Sa belle-mère était par terre, la chemise de nuit bien tirée sur ses mollets et les bras le long du corps. Ses cheveux étaient coiffés et la chambre sentait bon le doux parfum de lavande qu’elle aimait vaporiser après chaque toilette.

— Mamie ?

En l’appelant, Cathy vint s’agenouiller près d’elle et tâta son cou comme elle avait vu faire dans les films à la télévision. Aucun mouvement…et surtout malgré ses efforts pour la relever, Mamie ne bougeait plus du tout et retombait inerte sur le sol….

Extrait 2

… — Mais mon argent est en lieu sûr monsieur l’agent il est dans mes bottes. Les deux policiers sourirent et recommandèrent à la vieille dame d’être prudente et de ne pas enlever ses bottes. En partant ils souriaient encore….

Extrait 3

… Jean s’était approché de lui et calmement avec un sourire forcé lui ordonna de se dévêtir. André protesta mais Jean lui envoya son pied dans le bas- ventre…

Extrait 4 :

… Pendant qu’il lui parlait, il tenait le fusil braqué vers son visage. André pâlissait de peur. Un coup est si vite parti, la preuve pour Johan. S’il ne l’avait pas traité de tous les noms mais surtout de lâche, il n’aurait pas tiré. Les gens n’ont pas conscience des mots qu’ils emploient.

Il prit une toute petite voix et commença son récit. A plusieurs reprises il voulut se lever mais Jean l’en empêchait avec force.

Quand il eut terminé, Jean le mit en joue et tira….

Commentaires de "Marguerite ou le pot perdu"

Marlène Manuel 03/07/2015


Voilà, je viens de terminer "Marguerite ou le pot perdu" de notre amie Marie. Voici
donc mes premières impressions !

C'est Dallas chez les Garoudau !

Il y a, dans ce roman, tout un concentré de la méchanceté humaine : secrets, doutes, trahisons, meurtres… Tout commence par la disparition d'un pot de mort aux rats. Qui pourrait imaginer que, de cet incident, découlerait une telle série de catastrophes ? Entre Jean et Thierry, l'oncle et le neveu amoureux de la même femme, c'est une inimitié sans concessions. Nicolas, le fils de Thierry, se sent plus proche de son oncle que de son père, à tel point qu'on se demande qu'elle est sa vraie filiation.

Et puis, au milieu de ces trois hommes, il y a Cathy, la femme de Thierry, et Marguerite, sa mère. Celle par qui éclatera cette cellule familiale dont les bases sont trop fragiles.

Comme d'habitude sous la plume de Marie, " Marguerite ou le pot perdu " fourmille d'intrigues et de rebondissements en cascades qui s'enchaînent à un rythme très soutenu.

Si certaines de ses histoires laissent parfois entrevoir une lueur d'espoir sur la possibilité de rédemption de la nature humaine, ce n'est pas vraiment le cas de celle-ci, qui reste assez noire jusqu'à son point final. Le seul personnage qui fait exception à la règle est celui de Jean, dont l'abnégation et la bienveillance sont souvent mises à rude épreuve.

Et puis, bien sûr, celui de Marguerite, qui n'est pas le personnage central, mais se promène en filigrane tout au long du roman, dont la fin est à la fois prévisible et tragique.

commentaires de Marie Bascou le 06/07/2015

J'avoue avoir été légèrement déçue car dans ce roman-ci, tes personnages sont bien plus sympa que dans les autres et cela m'a quelque peu perturbée : je me demandais quand ils allaient devenir vraiment salauds (exception faite du patron du bar !) Mais, le problème vient peut-être de moi, tout simplement ???

Et, contrairement aux autres textes que j'ai lus de toi, j'ai deviné la fin alors que d'habitude, je lis tes derniers mots en me disant : "Ben ça alors, j'ai rien vu venir !"

Cela étant, c'est une histoire bien ficelée, pleine de rebondissements ... juste (à mon goût ! ) un poil trop gentillette ; mais tu as également bien le droit d'imaginer des personnages moins "border-line" pour changer !

En résumé, je vous conseille de le lire car, une fois encore 'Tite Marie nous bluffe par son talent !



Corynn thymeur 08/07/2015


Tout d'abord, je me suis régalée ! Ce livre se lit d'une traite tant on a envie de savoir !


Jusqu'à la page 150, j'ai pensé que le caractère de Marie s'était bonifié, tout comme Marie Bascou, mais passé la page 150, donc sur les quarante dernières pages, alors là, j'ai retrouvé notre Marie, sans scrupule ni pitié pour ses personnages, du 100% Marie ! C'est jouissif à lire (rire ! suis-je sadique ?) et à terme, je suis donc d'accord avec Marlène Manuel.


Omnibulée par le pot de mort aux rats perdu, j
e n'ai pas vu venir la fin, contrairement à vous !


Merci, Marie, pour ce très bon moment passé en ta compagnie ! Ce n'est que du Bonheur !

Michu 08/07/2015

AH ! je me doutais bien que la perte de la "Mort aux rats" était essentielle au dénouement de cette histoire.
BRAVO , cette lecture m
'a plu.

Sapho 10/07/2015

Très agréable à lire ton dernier roman MARIE, d'abord parce que tu exprimes les choses telles qu'elles sont, nettes et sans détours; ensuite car au fur et à mesure de la progression nous nous confrontons à des personnages typés mais qui agissent parfois de façon décalée.

Cela déroute ! A chaque page, on se demande : pourquoi? Pourquoi Cathy la douce ne se rebiffe-t-elle pas? Pourquoi Marguerite reste-t-elle avec ses non-dits? La tension entre les personnages monte crescendo et par là, le côté polar de ton récit nous tient en haleine.
Ton écriture est fluide, sans mots inutiles. Ton texte forme une série de tableaux juxtaposés . La fin est surprenante et tout-à-fait inattendue
Merci Marie pour ce livre " noir " qui m'a fait passer un très bon moment et où ton humour en " sourdine " que l'on trouve dans tous tes récits est devenu ta marque d
e fabrique !

Arun 10/07/2015

Sapho a écrit : Ton écriture est fluide, sans mots inutiles. Ton texte forme une série de tableaux juxtaposés.

Concernant ton écriture, voilà tout à fait ce que j'ai pensé.
Sinon, je ne me suis pas posée la question de "pourquoi Marguerite ne se rebiffe-t-elle pas? " mais plutôt je me suis dit que cette Marguerite est plutôt lucide, qu'elle a fait ses choix de fin de vie et qu'elle a gagné. Cela m'a plu, beaucoup plus, j'ai apprécié ce caractère de femme ! Pour ce regard généreux sur la vie, je te remercie une fois encore. Enfin, ce sont ces instants forts, ceux concernant Marguerite qui m'ont le plus marqués ...

La mort aux rats c'est un peu fort mais bon ...

Sinon, la fuite et l'agression de Cathy pouvait être prévisible, enfin j'ai vu en cela la marque de ce que tu ai
mes lire ...

Et te dis encore bravo et merci

Michel 15/07/2015

Marie

je viens de finir ton livre

QUELLE FAMILLE !

j'adore on imagine bien les scènes

on voit bien les personnages

on y est

on n'arrête pas de le lire

la fin est géniale triste mais géniale j
e m'attends pas à ça

super livre

j'en redemande !


t'es vraiment the best

ton fan numèro 1


Michel

Jocelyne Fonlupt 19/07/2015

Moi aussi j'ai été séduite par le personnage de Marguerite, une femme qui a fait des choix et qui s'y tient. J'ai beaucoup aimé les rebondissements de l'intrigue et la cruauté des situations, bien proches du réel finalement. Bref, je l'ai lu avec plaisir, mais pas dans le train du retour de Corrèze, j'étais trop énervée...

Commenter cet article

Patricia 25/07/2015 16:49

Marie, j'ai pris plaisir comme toujours à te lire.J'ai retrouvé ta plume "policière".
J'avoue qu'au début, j’étais un peu déstabilisée, mais je suis vite "rentrée" dans cette famille.
Jamais je n’ai imaginé que c'était Marguerite , la responsable du vol.
bravo.
c'est comme on dit dans le jargon un thriller.

marie chevalier 25/07/2015 17:22

merci Patricia j'aime beaucoup ton commentaire bises

Nic 21/07/2015 23:09

J'ai terminé "Marguerite ou le pot perdu" ! Quelle histoire ! Elle est menée tambour battant par un auteur qui ne s'embarrasse pas de digressions inutiles. Les péripéties se multiplient. Le titre confirmé par le premier tiers du livre m'ont mise d'emblée sur la piste du dénouement, mais ce n'est pas un inconvénient, on cherche à savoir ensuite comment tous les fils vont finir par se dénouer. A la manière habituelle de Marie, c'est un livre noir dans lequel méchanceté gratuite, mesquinerie et mensonges se déchaînent. Pauvre Marguerite, elle n'était pas faite pour ce monde-là !

marie chevalier 22/07/2015 08:48

merci Nicole de ton commentaire je t'embrasse et je vais bientôt me plonger dans "l'exil" (sourire)

Georgie de Saint-Maur 13/07/2015 02:49

Coucou Marie, je fais une petite incursion sur ton blog et je lis les commentaires sur "Marguerite". je suis super content pour toi que tu aies un public qui lit et qui apprécie tes livres. c'est génial. Tout le monde ne peut pas en dire autant chez les auto-édités. Essaie (si ce n'est déjà fait) d'entrer en contact facebook avec CHRIS SIMON, elle est pleine de bons conseils.

marie chevalier 13/07/2015 09:52

merci surtout de ton passage ça me fait très plaisir
bisous à toi
Marie