Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Marie Chevalier

Le blog de Marie Chevalier

un blog pour mes écrits,et pour y recevoir mes amis

Publié le par Marie Chevalier

La journée de la femme

Il y a cent cinq ans en mars1910 à Copenhague, les militantes de l’Internationale Ouvrière et leur dirigeante Clara Zetkin, au nom des femmes du PS du monde entier, décidèrent d’organiser une journée internationale des femmes. : Elles manifesteraient tous les ans en mars, pour défendre leurs propres revendications et avant tout le droit de vote et l’égalité.

En France, ce ne fut pas le Front Populaire élu en 1936, qui accorda le droit de vote aux femmes, mais de Gaulle en 1945 : comme quoi !
De même le droit à la contraception puis à l’avortement furent conquis en 1967 et 1975 sous des gouvernements de droite, sous la pression des féministes.

Aujourd’hui en 2015, cent ans après, l’émancipation est loin d’être totalement acquise !
Les préjugés machistes, la discrimination au travail, les différences de salaire et l’esclavage ménager restent la règle, y compris dans les pays développés.

Chaque minute environ, on recense une victime de violence conjugale en France, soit 540 000 par an, le plus souvent des femmes. Une femme décède sous les coups de son conjoint tous les 3 jours en France (174 décès de violence conjugale en 2012 et 146 en 2013).

Quant aux femmes des pays pauvres, elles restent opprimées, humiliées, exploitées, souvent usées par des grossesses à répétition et réduites à l’esclavage domestique. Privilège des femmes ? Elles peuvent être, suivant les barbaries locales, coutumières ou politiques, battues, voilées, excisées, infibulées, brûlées vives, répudiées, enfermées, violées, mariées de force.

Mais elles ne se soumettent pas, comme le montrent toutes celles, qui aux quatre coins du monde, avec leur plume, avec leur témoignage et surtout avec courage, se battent tous les jours contre ces exactions.

Même officialisée par les pouvoirs publics, cette journée ne doit pas seulement être l’occasion d’en sourire et de recevoir un cadeau dans le meilleur des cas, la journée du 8 mars est, et doit rester, une occasion de montrer sa solidarité avec toutes les combattantes connues ou obscures.

Mes sources ? : lire la presse, une certaine presse qui pense que ce combat des femmes est loin d’être fini.

Commenter cet article